1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. ÉDITO - Allocution de Macron : quelle ligne économique pour l’action du gouvernement ?
3 min de lecture

ÉDITO - Allocution de Macron : quelle ligne économique pour l’action du gouvernement ?

Le projet économique d'Emmanuel Macron est compromis, parce qu'il n'a pas de majorité pour le faire adopter. On est dans le brouillard total.

Emmanuel Macron, le 22 juin 2022
Emmanuel Macron, le 22 juin 2022
Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
ÉDITO - Allocution de Macron : quelle ligne économique pour l'action du gouvernement ?
00:03:38
ÉDITO - Allocution de Macron : quelle ligne économique pour l'action du gouvernement ?
00:03:38
François Lenglet - édité par William Vuillez

Peut-on déduire de l’intervention d’Emmanuel Macron mercredi soir une ligne économique pour l’action du gouvernement ? En apparence oui, puisque le président a commencé par rappeler la légitimité du projet "clair", approuvé le 24 avril dernier au second tour de la présidentielle. Si on le prend au mot, ça veut dire qu’on ne change rien. Pas si simple. La réalité, c’est que ce projet est compromis, parce qu'il n'a pas de majorité pour le faire adopter. On est donc dans le brouillard total, on n’y voit encore moins clair que du temps du programme, déjà inintelligible.
 
Il a quand même listé tout un tas d’objectifs, la défense solide, une recherche efficace, une industrie puissante, des progrès sociaux, la planification écologique… Il aurait pu ajouter l’éradication de la pauvreté, la fin des maladies incurables et un billet de loto gagnant pour chaque Français. Cette énumération n’avait pas grand sens parce que justement, elle est trop générale. Tout le monde est d’accord pour le progrès social, la question c’est le rythme et les moyens qu’on y consacre. Et là, ça se gâte. 

Il y a un mot pourtant dont l’absence est significative, un mot fétiche pour Emmanuel Macron, c’est le mot "retraite". Le chantier est refermé avant que d’avoir été ouvert. Ça n’est plus l’âge légal qui est reporté, c’est la réforme elle-même, aux calendes grecques. La disparition de ce mot est la seule façon dont le président a pris acte du vote de dimanche, au plan économique, sa seule concession. S'il y a un terrain commun économique sur lequel pourrait se constituer une majorité, c’est aujourd’hui un terrain vague. 

Quelle situation chez les opposants

Le seul objectif de l’intervention de mercredi, c’est de mettre le singe sur les épaules de ses opposants. À eux de se déterminer face à l’offre apparente de collaboration qu’il a faite jeudi, à eux d’assumer les conséquences de leur refus si refus il y a. C’est la stratégie du pourrissement, avec l’espoir que la responsabilité de l’immobilisme soit repoussée sur les oppositions, s’il fallait dissoudre l’assemblée. 

Il a dit mercredi : ni plus d’impôt, ni plus dette. Mais peut-on le croire ? En matière d’impôt, oui, c’est très probable qu’il y ait stabilité, pour les ménages au moins. Tout simplement parce qu’il n’y aura pas de réformes impopulaires dans un tel contexte. En matière de dette et de déficit en revanche, on serait moins affirmatif. La meilleure preuve, c’est que le programme de Macron lui-même n’était pas financé, sinon par des économies en carton-pâte, très imprécises. C’était bâclé. Il y a toutes les chances pour que les opposants d’aujourd’hui s’entendent sur le dos du contribuable de demain. 

À lire aussi

Après une telle intervention, il est possible que la fameuse loi sur le pouvoir d’achat ait plus de chance. Le parti qui prendrait la responsabilité de torpiller l’indexation des retraites, les aides aux automobilistes, etc, prendrait un sacré risque politique. D’ici là, il peut y avoir des débauchages individuels à droite. Il faut aussi souligner que le RN a touché le jackpot. Il n’a pas intérêt à des élections prochaines. Ça peut le conduire à être plus conciliant.

Même chez Mélenchon, la situation n’est pas si forte. La meilleure preuve, c’est qu’il a parlé jeudi soir immédiatement après le président, comme s’il voulait préempter les réactions de ses alliés, le PS, le PC et les écologistes. Ça va finir par les énerver. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/