1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Dérives sectaires : "La crise sanitaire aggrave terriblement la situation", explique Schiappa
1 min de lecture

Dérives sectaires : "La crise sanitaire aggrave terriblement la situation", explique Schiappa

INVITÉE RTL - La ministre déléguée en charge de la Citoyenneté est revenue sur le dernier rapport de la Miviludes, organisation de luttes contre les luttes sectaires.

La ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa
La ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa
Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / POOL / AFP
Dérives sectaires : "la crise sanitaire aggrave terriblement la situation", explique Schiappa
13:28
Dérives sectaires : "la crise sanitaire aggrave terriblement la situation", explique Schiappa
13:28
Thomas Sotto - édité par Victor Goury-Laffont

Des sectes de plus en plus nombreuses et avec de plus en plus d'adhérents : c'est ce qui ressort d'un rapport remis par la Miviludes (la Mission de vigilance contre les dérives sectaires), la Gendarmerie et la Police nationale à la ministre déléguée en charge de la Citoyenneté, Marlène Schiappa.

Au micro de RTL, celle-ci est revenue sur les grandes lignes de ce rapport. "Il y a des évolutions, explique-t-elle en préambule. Quand on parle de sectes (...) on a souvent l'image de celles des années 70. Ce que nous dit ce rapport, c'est que 500 nouveaux groupes se sont créés à la faveur de thèses complotistes, notamment autour de projets paramédicaux".

À titre d'exemple, Marlène Schiappa cite les crudivoristes ou encore les survivalistes. Des groupes qui profitent de la crise sanitaire pour grossir leurs rangs. "La crise sanitaire aggrave terriblement la situation, constate la ministre, sans éducation ou sans accès à la médecine, certains tombent entre les mains de charlatans".

90.000 enfants et adolescents concernés

Tout en rappelant que les dérives sectaires pouvaient frapper toutes les parties de la société, Marlène Schiappa explique que celles-ci se diffusent davantage dans des zones rurales, "désertifiée". Elles touchent également plus de femmes, plus concernées par les questions de précarité et en proie à une prédation sexuelle souvent présente dans ces sectes, explique-t-elle encore.

À lire aussi

Le rapport remis par la Miviludes dépeint une situation statistique préoccupante. Selon Marlène Schiappa, 90.000 enfants et adolescents seraient victimes de sectes, ainsi que 140.000 adultes.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/