1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Déconfinement, le retour des jours heureux ? "Non", répond Valérie Trierweiler
2 min de lecture

Déconfinement, le retour des jours heureux ? "Non", répond Valérie Trierweiler

BILLET - Valérie Trierweiler revient sur les perspectives de déconfinement, avec les réouvertures prochaines de certains lieux les 19 mai et 9 juin, sans grand optimisme.

Le Sacré Coeur bondé, le 12 mai 2020, au lendemain du déconfinement
Le Sacré Coeur bondé, le 12 mai 2020, au lendemain du déconfinement
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
L'œil de... Valérie Trierweiler du 5 mai 2021
00:04:20
micros
Valérie Trierweiler - édité par Cassandre Jeannin

Vous souvenez vous de cette déclaration d’Emmanuel Macron ? "Nous retrouverons les jours heureux, j’en ai la conviction." C’était en avril 2020 ! C’était assez mal passé car cela faisait référence au programme du Conseil national de la résistance. Et sa politique en est bien loin !


Cette fois le président s’est bien gardé de faire ce genre de comparaison. Alors même si le protocole de réouverture commence le 19 mai pour les terrasses et les lieux de culture, comprenez que les professionnels soient un peu circonspects ! Parce qu’on sera bien loin de ce sentiment de liberté. Pourtant nombreux sont ceux qui espèrent que soufflera cet air de fête dans les rues de Paris comme il y eut à la libération dès le 19 mai. Là, je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre ! Et même les moins de 70 ans : l’après- guerre !

 
Ca ne sera pas le cas parce qu’avec un couvre-feu à 21 heures, vous n’allez pas bien loin. Certes il sera repoussé à 23 heures le 9 juin mais d’ici là, la fête sera très modérée.

Ensuite avec une capacité d’accueil réduite à 30 % pour les salles de spectacles, tous les professionnels le disent : ce n’est pas rentable. Les directeurs de théâtre estiment qu’avec une jauge inférieure à 65% ce n’est pas la peine d’ouvrir. Et ce ne sera pas autorisé là encore avant le 9 juin.
 
Du côté des théâtres on a surtout le moral en berne. Le mois de juin est une période où la saison s’achève. Le public se fait plus rare et préfère boire un verre à l’extérieur que s’enfermer. Monter un spectacle, en faire la promotion en quinze jours relève de l’exploit.
Et puis les producteurs redoutent le "stop and go". Souvenez-vous à l’automne dernier, les salles venaient de rouvrir quand il a fallu à nouveau fermer presque aussitôt.

Que va-t-il se passer le 19 mai ?

Et bien pas grand-chose dans un premier temps. On apprend dans Les Échos que le producteur Jean-Marc Dumontet va ouvrir ce jour-là et uniquement ce jour-là certains de ses théâtres pour les refermer aussitôt en attendant des jours meilleurs. Mais les jours meilleurs ne commenceront pas non plus le 9 juin mais à la rentrée de septembre. 

Et là, c’est chronique d’une guerre annoncée ! Il y a deux ans de spectacles à faire entrer en une année. Même pour les tournées en province c’est un véritable casse-tête car tout 2022 est archi booké. Après la pénurie, ça va être l’abondance. Le trop après le trop-peu. Il va donc y avoir encore de la casse. Certains spectacles qui n’avaient eu que quelques représentations vont passer à la trappe.

Pas de vent de liberté comme en 1945 ?

À écouter aussi

Non parce que ce qui faisait le sel de la vie parisienne à cette époque c’étaient aussi les cabarets qui restent fermés pour le moment. Et savez-vous ce qui avait un réel succès à ce moment-là ? Les bals populaires ! Et ça, on a bien compris que ce soit à Nogent ou aux Buttes Chaumont ça reste interdit...

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/