2 min de lecture Politique gouvernementale

"De bons voeux parlent de 2030 ou 2040", plaide Natacha Polony

ÉDITO - Natacha Polony pointe la vision à court terme des responsables. Elle appelle à se demander comment on peut répondre collectivement aux défis des prochaines décennies.

oeil monde - L'oeil de... Natacha Polony & Andréa Bescond & Philippe Caverivière & Olivier Mazerolle iTunes RSS
>
"De bons voeux parlent de 2030 ou 2040", plaide Natacha Polony Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
micro générique
Natacha Polony édité par Nicolas Scheffer

Il y a d'autant plus à souhaiter pour cette nouvelle année que 2020 part moyennement, estime Natacha Polony. Les conséquences de l'assassinat ciblé par les États-Unis du général Soleimani risquent d'être inversement proportionnelles à la capacité d'action des européens...

Il y a aussi des gigantesques incendies en Australie, qui nous rappellent que la planète s'embrase un peu plus chaque été et que l'eau va devenir un sujet. Et puis en France, un mouvement social qui s’enlise, des attaques terroristes au couteau. Mais l'éditorialiste trouve "idiot" le débat de savoir s'il faut être pessimiste ou optimiste. La seule question qui compte, selon elle, c'est de savoir ce que l'on peut faire pour changer les choses

Elle souhaite ne pas s'arrêter à de bonnes résolutions de la part de chacun, comme de réduire l'utilisation du plastique ou fermer son robinet d'eau lorsqu'on se brosse les dents. Pour 2020, Natacha Polony souhaite d'abord plus de cohérence. "Il faut produire de manière plus saine et arrêter à importer à bas coût des produits ignobles faits à l'autre bout de la planète et concurrencer nos entrepreneurs et paysans locaux", explique-t-elle.

Les retraites sont payées par ceux qui travaillent selon un principe de solidarité, ce que l'on appelle le système par répartition. Quand va-t-on cesser de créer du chômage de masse en mettant nos salariés en concurrence avec ceux qui n'ont aucun droit et ensuite leur demander de travailler plus longtemps et baisser les pensions de retraites ?, demande l'éditorialiste. "De bons vœux, ce sont ceux qui parlent de 2030 ou de 2040". Les vœux pour 2020 dépendent de la façon dont on voit la France dans dix à vingt ans. 

Soigner la démocratie

À lire aussi
Olivier Véran, le 20 mai 2020 hôpitaux
Réforme de l'hôpital : les principaux chantiers du "Ségur de la santé"

"Nous sommes nombreux à souhaiter une société où l'on peut encore penser par soi-même, débattre et surtout avec ceux avec qui l'on n'est pas d'accord et où la liberté n'implique pas l'injustice sociale. Malgré nos différences, nous partageons une même humanité", s'emporte-t-elle. Pour l'éditorialiste, cela passe par l'éducation, la participation à la vie collective et la préservation d'un État qui arbitre et sait défendre le bien commun. "En 2020, la démocratie, il va falloir la soigner", conclut-elle.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Politique gouvernementale Année 2020 Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants