2 min de lecture Coronavirus France

Coronavirus : vers une loi pour garantir le droit de visite dans les Ehpad et hôpitaux ?

ÉCLAIRAGE - Le président du groupe LR au Sénat va déposer une proposition de loi "pour réaffirmer le droit de visite" dans les établissements de santé. Durant la crise, "une faute grave" a été "commise vis-à-vis des mourants et de leurs familles", déclare-t-il.

Des personnes âgées dans un Ehpad, en France
Des personnes âgées dans un Ehpad, en France Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

"Un manquement grave à notre devoir d'humanité". Selon Bruno Retailleau, la situation des personnes âgées en fin de vie, privées de visites à cause des restrictions sanitaires dues au coronavirus, est "une faute grave commise vis-à-vis des mourants et de leurs familles". 

C'est pourquoi le président des sénateurs Les Républicains va déposer ce vendredi 23 avril une proposition de loi afin de rendre systématique la possibilité pour les proches de visiter les malades

Joint par RTL.fr, le sénateur LR de la Vendée veut "tirer les leçons de ce qui a mal fonctionné pendant la crise sanitaire". "Cette crise a été un moment de vérité. La logique sanitaire et administrative a écrasé tout le reste. Des personnes âgées ont été enfermées et se sont retrouvées dans une grande solitude au moment de mourir", explique-t-il. 

Un droit de visite garanti

À travers cette proposition de loi, Bruno Retailleau souhaite ainsi "garantir un droit de visite" qui sera appliqué dans tous les établissements de santé, privés ou publics et donc pour les hôpitaux et les Ehpad. "L'idée est de faire en sorte que le droit de visite soit la règle. Un refus peut être fait, mais il doit être l'exception et motivé", ajoute le chef du groupe LR au Sénat.

À lire aussi
économie
Bruno Le Maire sera l'invité de RTL Matin ce lundi

Concrètement, le sénateur souhaite que l’autorisation d’un droit de visite dans un hôpital ou une clinique ne soit plus une décision prise par l'administration mais par le médecin, chef de service. Selon Bruno Retailleau, "le rite de l’adieu est essentiel pour celui qui va mourir de voir. Tout comme il l'est pour les proches. À cause des restrictions, des familles ont développé un sentiment de culpabilité et n'ont pas pu faire leur deuil".

Cette proposition de loi fait écho à la demande d'hommage faite par des associations. Dans un tweet, Emmanuel Macron a rendu hommage aux 100.000 personnes décédées du coronavirus en France. "Depuis le début de la pandémie, cent mille Françaises et Français ont succombé au virus. Nous avons tous une pensée pour leurs familles, leurs proches, pour les enfants qui ont perdu un parent ou un grand-parent, les fratries endeuillées, les amitiés fauchées", a-t-il écrit. 

"Le plus bel hommage est de faire en sorte que ce manque d'humanité ne se reproduise plus", a estimé pour sa part Bruno Retailleau. Le chef de file des sénateurs LR regrette "le minimum" fait par Emmanuel Macron avec ce message. "C'était une façon de se protéger et d'en faire le moins possible pour ne pas rappeler les mauvaises décisions prises lors de cette crise", a-t-il conclu. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus France Les Républicains Sénat
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants