3 min de lecture Olivier Véran

Coronavirus : vaccin, âge, calendrier... Ce qu'il faut retenir des annonces de Véran

ÉCLAIRAGE - Le ministre de la Santé souhaite accélérer le rythme de vaccination dans le pays. "D'ici jeudi on va augmenter encore de façon très importante, on va être sur une courbe exponentielle", a-t-il indiqué.

>
Olivier Véran est l'invité d'Alba Ventura Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Date :
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Une campagne vaccinale qui n'a pris aucun retard, mais que l'on accélère tout de même. Olivier Véran a défendu la stratégie de l'État dans la mise en place de la vaccination contre le coronavirus en France. Invité à l'antenne de RTL ce mardi 5 janvier, le ministre de la Santé a assuré que cette première semaine de vaccination était "une phase d'initiation" et donc qu'elle n'est "pas massive". 

Souhaitant répondre au procès en lenteur dressé par certains, Olivier Véran a indiqué que "le rythme de croisière de la vaccination" en France va "rejoindre celui de nos voisins dans les prochains jours". En charge de la gestion de la crise depuis dix mois, le neurologue a précisé que l'Hexagone a "dépassé les 2.000 vaccinations hier" et promis que "d'ici jeudi on va augmenter encore de façon très importante, on va être sur une courbe exponentielle". 

Après le triptyque "tester, tracer, isoler", Olivier Véran mise sur : "Amplifier, accélérer et simplifier". Tout cela alors que le variant du virus plus contagieux qui sévit en Angleterre est aussi sur le sol français. Entre 10 et 15 cas ont été détectés, a précisé le ministre de la Santé.

Pompiers et aides à domicile de plus de 50 ans

Pour lutter contre la propagation du virus, le gouvernement va donc accélérer la cadence. Après avoir annoncé que les vaccins seront accessibles aux soignants de plus de 50 ans, Olivier Véran a indiqué que cet élargissement concernerait aussi les pompiers et les aides soignants à partir de cet âge. "Ce sont des professionnels qui sont au contact de personnes fragiles et qui peuvent être amenés à travailler auprès de malades", explique-t-il. 

À lire aussi
Coronavirus France
Les infos de 12h30 - Coronavirus : tous les Français ne seront pas vaccinés d'ici fin août

Le ministre de la Santé a défendu le seuil fixé à 50 ans car "nous savons que le vaccin Pfizer protège des formes graves du coronavirus (...) Les gens qui sont en réanimation massivement sont âgés de 60 ans et plus (...) Nous priorisons les personnes les plus fragiles".

Le vaccin étendu aux personnes de plus de 75 ans

La vaccination contre le coronavirus sera aussi étendue aux personnes âgées de plus de 75 ans et qui ne sont pas en Ehpad, "avant la fin du mois de janvier". "Cela fait 5 millions de personnes", a quantifié Olivier Véran. Plus généralement, le gouvernement va aussi permettre "dans les prochains jours" aux Français qui souhaitent être vaccinés de s'inscrire pour prendre rendez-vous. Cette inscription se fera "sur internet, par téléphone sans doute, et pourquoi pas par l'application TousAntiCovid", a précisé le ministre de la Santé.

Amplifier les commandes de vaccins

Afin "d'amplifier" le rythme de la vaccination, Olivier Véran a aussi indiqué une hausse des "commandes de vaccins au niveau européen". Cela permettra "d'augmenter le rythme et l'intensité des dotations pour la France, précise-t-il. Aujourd'hui, nous avons un rythme de livraison de 500.000 doses par semaine. Nous aurons bientôt 500.000 doses de Moderna (s'il est validé par l'Agence européenne du médicament) par mois et nous sommes à l'affut d'autres vaccins pour pouvoir protéger les Français". 

600 centres de vaccination d'ici fin janvier

Le gouvernement compte aussi déployer davantage de centres de vaccination. "De 27 hôpitaux équipés en vaccins, nous en aurons 100 demain (mercredi, ndlr) après-midi afin de couvrir tout le territoire", a indiqué Olivier Véran qui souhaite aussi "développer les centres de vaccination destinés à la ville". "La semaine prochaine, nous aurons 300 centres de vaccination. Et 500 à 600 centres de vaccinations seront accessibles en ville fin janvier", a-t-il ajouté. 

Un troisième confinement ?

L'Angleterre et l'Écosse ont annoncé leur reconfinement total face à l'envolée de l'épidémie, attribuée à ce nouveau variant. Qu'en est-il de la France ? "Si je vous disais : 'Nous ne reconfinerons pas', c'est que je m'inclurais de fait dans la catégorie des prédictologues, dont vous savez que je ne fais pas partie", a répondu Olivier Véran. 

Le ministre de la Santé a assuré vouloir "éviter le confinement total". "Nous n'en voulons plus", a-t-il déclaré avant d'ajouter : "Quand vous regardez les pays autour de nous aujourd'hui, ça veut dire qu'on a bien fait de confiner plus tôt et plus fort que l'ensemble de nos voisins. Et ça veut dire que les mesures qu'on a mises en place (...) sont efficaces".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Olivier Véran Coronavirus Coronavirus France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants