2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : "Tous les garde-fous sont présents" dans StopCovid, estime Villani

INVITÉS RTL - Favorable à l'application gouvernementale pour tracer les malades du coronavirus, Cédric Villani a débattu face à Philippe Gosselin, élu Les Républicains qui émet plusieurs réserves.

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi iTunes RSS
>
Coronavirus : "Tous les garde-fous sont présents" dans StopCovid, estime Villani Crédit Image : FRANCOIS GUILLOT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi et Marie-Pierre Haddad

C’est le grand jour pour StopCovid. Cette application, censée casser les chaînes de contaminations, doit permettre à ses utilisateurs d'être alertés s'ils ont croisé une personne contaminée par la Covid-19, à moins d'un mètre, pendant au moins 15 minutes. La Cnil a donné son feu vert, estimant qu'elle respecte les différentes dispositions législatives relatives à la protection de la vie privée. Mais cela n'a cependant pas fait taire les critiques pour autant

Le Parlement se prononce ce mercredi 27 mai sur l'application gouvernementale pour tenter d'enrayer l'épidémie. Invité à l'antenne de RTL, le député membre du nouveau groupe parlementaire Écologie, Démocratie Solidarité Cédric Villani explique qu'il votera en faveur du projet. "Face au risque d'épidémie, il faut se doter de tous les outils, évidemment dans le plein respect de notre éthique et de nos libertés individuelles. La technologie, bien utilisée, est un outil supplémentaire (...) pour améliorer l'opération de traçage. Tous les garde-fous sont présents dans le développement de cette application". 

Aussi présent dans le studio de RTL, le député LR Philippe Gosselin est plus "sceptique" et "circonspect" sur ce projet. "Il ne s'agit pas d'évacuer l'apport technologique mais le recours à la technologie ne doit pas empêcher d'autres éléments : il faut se poser des questions. Est-ce qu'un fichage généralisé de gens que vous avez rencontrés est une solution à la Covid-19", demande-t-il en évoquant davantage une opération de "traquage" que de "traçage". 

On a déjà créé deux systèmes d'informations et des brigades sanitaires.

Philippe Gosselin, député Les Républicains de la Manche
Partager la citation

Le député Les Républicains rappelle les autres dispositifs présents pour lutter contre le coronavirus. "On a déjà un environnement chargé (...) Avec la loi d'urgence, on a déjà créé deux systèmes d'informations, des brigades sanitaires... À un moment donné, il faut dire : 'La coupe est pleine'", ajoute-t-il.

À lire aussi
Ensuite société
Coronavirus : l'épidémie va-t-elle mettre fin au sport collectif ?

En réponse, Cédric Villani reproche au député de l'opposition d'avoir employé le mot de "traquage". "Ça renvoie à l'idée que vous allez être suivi et que l'on va limiter vos mouvements. Ce n'est pas du tout l'objectif. Le traçage, c'est de prévenir tous ceux que vous avez pu croiser, si vous êtes infectés. Il faut le faire vite", ajoute-t-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Application Santé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants