1 min de lecture Vaccin

Coronavirus : pourquoi Olivier Véran s'est-il fait vacciner ?

Neurologue de formation, le ministre de la Santé est le premier membre du gouvernement à se faire vacciner sous l'objectif des caméras.

Olivier Véran recevant la première dose du vaccin AstraZeneca, le 8 février 2021
Olivier Véran recevant la première dose du vaccin AstraZeneca, le 8 février 2021 Crédit : Thomas SAMSON / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

"Vacciné". Initialement contre l'idée de se faire vacciner devant les caméras, Olivier Véran s'est finalement prêté à l'exercice. Le ministre de la Santé s'est rendu, ce lundi 8 février, au centre hospitalier de Melun et a reçu une première dose de vaccin Astra Zeneca contre le coronavirus

Homologué la semaine dernière par les autorités sanitaires françaises, le vaccin Astra Zeneca doit servir notamment à vacciner la totalité des soignants, y compris ceux âgés de moins de 50 ans. C'est donc à ce titre qu'Olivier Véran, neurologue de formation, a pu se faire vacciner. 

En décembre dernier, Olivier Véran était pourtant réticent à l'idée de se faire vacciner devant les caméras. Sur France 2, le ministre de la Santé déclarait : "Si je me faisais vacciner devant les caméras, les plus réfractaires d'entre nous diraient que ce n'est pas le vaccin qu'on m'a inoculé. D'autres diraient que j'ai pris la place d'une personne fragile". 

Depuis, l'ordre de priorité dans la campagne de vaccination a évolué. Dans un tweet posté le 4 février dernier, le ministre de la Santé a détaillé la liste de ceux qui sont concernés par ce vaccin. "À partir de ce week-end, la vaccination sera accessible avec le vaccin AstraZeneca à tous les soignants, pompiers ou aides à domicile de moins de 65 ans", a-t-il expliqué.

À lire aussi
Coronavirus France
Coronavirus : pourra-t-on vacciner tous les adultes d'ici l'été ?

Olivier Véran souhaite ainsi montrer l'exemple et inciter "l'ensemble des soignants à se faire vacciner dans leurs hôpitaux, les centres de ville, toutes les structures à leur disposition, pour pouvoir se protéger au plus vite".

Le neurologue a aussi précisé que 270.000 doses du vaccin AstraZeneca sont arrivées en France et que quelque 300.000 supplémentaires sont attendues "dans les deux jours", comme le rapporte l'AFP. "À partir de maintenant, il va falloir que ça dépote", a-t-il estimé, espérant pouvoir dans les 15 jours vacciner l'ensemble du personnel soignant.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Vaccin Coronavirus Olivier Véran
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants