1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Coronavirus, passe sanitaire, retraites : ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron
4 min de lecture

Coronavirus, passe sanitaire, retraites : ce qu'il faut retenir des annonces d'Emmanuel Macron

ÉCLAIRAGE - Lors d'une prise de parole de 27 minutes, Emmanuel Macron a annoncé des mesures sanitaires concernant la dose de rappel du vaccin et a esquissé les prémices d'une pré-campagne.

Emmanuel Macron, le 9 novembre 2021
Emmanuel Macron, le 9 novembre 2021
Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Marie-Pierre Haddad

Nouvelle allocution, nouveau décor et nouveau ton. Emmanuel Macron s'est une nouvelle fois adressé aux Français, à l'occasion d'une allocution télévisée ce mardi 9 novembre. Le président de la République s'est illustré dans un nouveau registre en adoptant un ton à la fois grave tout en étant posé. 

Au cœur de la crise sanitaire, le président de la République avait marqué les esprits en martelant lors d'une précédente prise de parole : "Nous sommes en guerre". Nouvelle allocution, donc nouvelle formule. "Nous n'en avons pas fini avec le coronavirus", a-t-il répété à deux reprises. 

Emmanuel Macron ne s'est pas contenté d'un point sanitaire. Le président de la République a aussi longuement détaillé sa vision pour les cinq derniers mois de son quinquennat. Croissance, réformes et projet étaient au programme. Tout cela par finir par une phrase qui résonne comme une pré-entrée en campagne : "N'ayons pas peur, croyons en nous".

"Vaccinez-vous"

Le message est direct et s'adresse aux 6 millions de personnes qui n'ont toujours pas reçu de dose de vaccin. Emmanuel Macron en a appelé à "l'esprit de responsabilité". "Une personne vaccinée a onze fois moins de chance de se retrouver à l'hôpital en soins critiques. Vaccinez-vous pour vous protéger", a-t-il insisté.

Le passe sanitaire conditionné à la dose de rappel pour les plus de 65 ans

À lire aussi

C'était l'une des annonces attendues : Emmanuel Macron a expliqué que le maintien du passe sanitaire sera conditionné à la dose de rappel du vaccin contre le coronavirus. Cela concerne les personnes âgées de plus de 65 ans. Cette mesure sera appliquée à partir du 15 décembre, a précisé le président de la République. "C'est grâce au rappel que nous pourrons continuer de vivre", a-t-il ajouté, alors que des études montrent une baisse de l'efficacité vaccinale au bout de quelques mois. 

Autre annonce : les Français âgés de 50 à 64 ans pourront recevoir une dose de rappel de vaccin à partir de début décembre. "Plus de 80% des personnes en réanimation ont plus de 50 ans, c'est pourquoi une campagne de rappel sera lancée à partir du début du mois de décembre pour nos compatriotes, âgés de 50 à 64 ans", a-t-il déclaré. 

Il a aussi précisé avoir "saisi les autorités scientifiques afin qu'elle puisse nous indiquer dans les tout prochains jours les modalités pratiques et les échéances à suivre"

Construction de nouveaux réacteurs nucléaires

Une fois passée les annonces en rapport avec la crise sanitaire, Emmanuel Macron a esquissé des mesures plus programmatiques. Le chef de l'État a annoncé que "pour la première fois depuis des décennies", "la construction de réacteurs nucléaires" sera relancée en France. Tout en continuant "de développer les énergies renouvelables"

Si le président de la République défend cette décision, c'est afin de "garantir l'indépendance énergétique de la France, pour garantir l'approvisionnement électrique de notre pays et atteindre nos objectifs, en particulier la neutralité carbone en 2050", a-t-il fait valoir. 

La France envisage de construire six EPR supplémentaires et EDF avait remis au printemps un dossier au gouvernement sur la faisabilité et les conditions d'un tel programme. Le président a aussi annoncé récemment des investissements dans un projet de futur petit réacteur (SMR). 

La réforme des retraites enterrée jusqu'à 2022 ?

Difficile d'évoquer les réformes sans aborder l'épineux sujet de celle des retraites. Mesure phare du candidat Macron de 2017, puis du président, le chef de l'État a enterré le projet de réforme. "Les conditions ne sont pas réunies pour relancer" ce chantier, a-t-il jugé. Cependant, le président de la République maintient la volonté de "prendre des décisions claires" dès 2022. 

Ces décisions, qui "feront légitimement l'objet de débats", impliqueront notamment de "travailler plus longtemps, en repoussant l'âge légal" et de supprimer les régimes spéciaux, a-t-il ajouté. 

Suspension de l'allocation chômage en cas de recherche d'emploi non active

Emmanuel Macron a poursuivi sur le volet économique en évoquant la réforme de l'assurance-chômage. Le président de la République a confirmé que "les demandeurs d'emploi qui ne démontreront pas une recherche active verront leur allocation suspendue". "Pôle Emploi passera en revue les centaines de milliers d'offres d'emplois disponibles sans réponse dès les prochaines semaines", a-t-il ajouté. 

"Nous conduisons en ce moment même une indispensable réforme de l'assurance-chômage. Depuis un mois, les règles ont commencé à changer pour rendre la reprise du travail plus attractive dans tous les cas, et à partir du 1er décembre de cette année une nouvelle étape va s'engager. Il faudra avoir travaillé au moins 6 mois dans les 2 dernières années pour pouvoir être indemnisé alors qu'aujourd'hui les droits au chômage sont ouverts au bout de 4 mois de travail", a encore rappelé le chef de l'État.

"Croyons en la France"

La fin de l'allocution télévisée a été consacrée au projet et à la vision d'Emmanuel Macron de la France. "Je vois bien, je sens bien, j'entends bien l'incertitude, les doutes, parfois la fatigue, quelque fois la colère (...) qui se manifestent", a déclaré le chef de l'État. Mais il a surtout voulu teinter ses dernières phrases d'optimisme : "Regardez ce que nous avons réussi en agissant ensemble" ces derniers mois avec la crise du coronavirus. 

"Unis, nous avons réussi l'impensable. Alors je vous le dis avec beaucoup de conviction : n'ayons pas peur, croyons en nous, croyons en la France, en une France qui reste elle-même, forte de son histoire, de sa culture, de sa langue, de sa laïcité, de ce qui l'unit, forte de son esprit de résistance", a-t-il détaillé pendant plusieurs minutes.

Le chef de l'État a appelé à "résister" aux "obscurantismes" et au "retour du nationalisme". Une déclaration qui n'est pas anodine à cinq mois de l'élection présidentielle. D'autant plus, quand certains candidats - déjà déclarés ou non - ont fait de l'immigration le cœur de la campagne. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/