1 min de lecture Noël

Coronavirus : Noël "ne sera pas une fête normale", avertit Olivier Véran

Face au regain de l’épidémie de coronavirus, Olivier Véran a prévenu que Noël "ne sera pas une fête normale" cette année et qu’il sera "difficile d'envisager de grandes soirées" pour le réveillon du 31 décembre.

Le ministre de la Santé Olivier Véran lors d'un point presse, le 15 octobre 2020 à Paris.
Le ministre de la Santé Olivier Véran lors d'un point presse, le 15 octobre 2020 à Paris. Crédit : Ludovic MARIN / POOL / AFP
Florise Vaubien
Florise Vaubien et AFP

Noël "ne sera pas une fête normale" cette année, a prévenu Olivier Véran dans un entretien au Journal du dimanche. Si le ministre de la Santé espère que les conditions sanitaires permettront "aux familles de se retrouver", il a estimé qu’il sera "difficile d'envisager de grandes soirées" pour le réveillon du 31 décembre alors que la France fait face à une nette recrudescence de l’épidémie de coronavirus. 

"Notre but est que la pression épidémique retombe pour qu'on puisse faire des courses à temps, se préparer dans la joie, pour que soient créées les conditions permettant aux familles de se retrouver", a déclaré le ministre

Samedi 31 octobre, les autorités sanitaires ont enregistré 3.443 malades du Covid-19 hospitalisés en réanimation ou en soins intensifs. 35.641 nouveaux cas de contamination ont été recensés en 24 heures portant le total à plus de 1,4 million de cas sur le territoire français. 

D'autres vagues successives ?

Si le reconfinement est respecté et "si le freinage est réussi", "le nombre de contaminations pourrait baisser dans les prochains jours, entraînant dans deux semaines une baisse des nouveaux cas graves", a expliqué Olivier Véran. Il a par ailleurs noté qu’il sera possible d’évaluer "dans deux ou trois jours" les effets du couvre-feu mis en place mi-octobre.

À lire aussi
La traditionnelle dinde de Thanksgiving Thanksgiving
Coronavirus au Canada : l'explosion des cas est-elle vraiment dûe à Thanksgiving ?

Interrogé sur d'éventuelles vagues successives, le numéro 1 du ministère de la Santé a répondu que l'objectif "est de casser la deuxième vague le plus tôt possible pour qu'elle ne fasse pas trop de victimes". 

Il faudra ensuite "maintenir un niveau de protection de la population suffisant pour éviter une troisième vague en attendant le vaccin", a précisé le ministre qui s’est dit "modérément optimiste sur notre capacité à avoir un vaccin dans les prochains mois".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Noël Coronavirus Coronavirus France
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants