3 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : "Le spectre d'une crise sociale est dans les esprits", pour Olivier Bost

ÉDITO - La sortie de crise du coronavirus est dans tous les esprits des politiques. À quoi ressemblera le monde d'après ?

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Coronavirus : "Le spectre d'une crise sociale est dans les esprits", pour Olivier Bost Crédit Image : AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Esther Serrajordia

Après 21 jours de confinement, beaucoup de gens se projettent dans l’après crise. Après, ça sera mieux, ou pire qu’avant ?

Une façon de répondre simplement à cette question est de dire : ça dépend si vous êtes par nature optimiste ou plutôt pessimiste, parce qu’il y a de tout. Les journaux sont remplis de tribunes sur "le monde d’après". Des politiques, des philosophes, des historiens, des scientifiques imaginent ce que seront les lendemains, et ce qui devra changer. Et heureusement, globalement, ceux qui y réfléchissent préfèrent envisager le meilleur à leur façon. 

Entre ceux qui défendent l’interventionnisme d’état, d’autres le libéralisme. Ceux qui prônent le repli, le souverainisme, l’écologie, la coopération ou la grande planification : il y en a, vraiment, pour tout le monde. À défaut d’être prophétique, le fait de penser aux lendemains  permet de s’échapper un peu de nos conditions de confinés, et de nos vies, pas forcément ralenties, mais bien chamboulées. 

Penser au lendemain permet aussi de se changer les idées

Olivier Bost
Partager la citation

Pour beaucoup, ça peut sembler décalé de se soucier aujourd’hui, de ce qui pourrait changer, après-demain, ça se comprend. Nous sommes encore en confinement, et nous ne savons ni quand, ni comment, nous allons en sortirLa pandémie pourrait connaître une deuxième, voir une troisième vague. C’est décalé aussi de penser à la suite pour tous ceux qui sont les plus impliqués dans la crise. Mais penser au lendemain permet aussi de se changer les idées. 

À lire aussi
Éric Dupont-Moretti, avocat, s'insurge contre la gestion de la crise sanitaire par la justice. justice
"On n'est pas couché" : Dupont-Moretti dénonce la justice pendant le Covid-19

Au gouvernement, il y a ceux qui n’ont aucun moment pour réfléchir à autre chose que le moment présent, et puis il y a des ministres qui ont un peu plus de temps. Emmanuel Macron, au dernier Conseil des ministres, leur a demandé de "se préparer au jour d'après", qu'il a évoqué à chacune de ces sorties solennelles. 

Tout le monde parle de changements indispensables. Les partis politiques ont lancé leurs réflexions, leurs boîtes à idées. Une soixantaine de députés de la majorité ont aussi lancés, ce week-end, un site internet, façon grand débat. Le Parti socialiste, Europe Écologie les Verts, consultent leur militants. Chez Les Républicains, ça fait débat pour l'instant entre eux. Mais ils ont déjà, pour beaucoup, tous l’idée, déjà bien installée, que ce sont eux qui ont ou qui avaient raisons avant tout le monde. 

Des changements, mais lesquels ?

La crise vient valider leurs solutions. La fin de la mondialisation, la fin de la rigueur budgétaire, la redécouverte des services publics. Qu’importe s’ils ont fait l’inverse au pouvoir, ou s’ils n’ont jamais exercé le pouvoir, ils ont raison

Il y aura forcément des changements… mais lesquels ? Ce que décrivent aussi des ministres, c’est la dure réalité de cette crise. Le virus est un puissant révélateur d’inégalités. Ce n’est pas pareil d’être confiné dans sa résidence secondaire en bossant en télétravail,  sans se faire trop de souci pour son emploi, que d’être au chômage partiel dans l’angoisse de garder son travail, ou dans un métier où les contacts sont permanents. 

Le spectre d’une crise sociale inédite, à cause de la crise économique, est dans les esprits. D’où la question, pour tous ceux qui cogitent sur les lendemains du coronavirus, assisterons-nous finalement au retour aux affaires courantes ? À une vraie transformation de nos sociétés ? Ou a une saison 2 des "gilets jaunes", d’un ras le bol qui va exploser ? Le jour d’après est encore loin. Nous avons encore un peu de temps pour y réfléchir. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants