2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus : "L'Allemagne est une grande leçon pour nous", dit Jean-François Copé

INVITÉ RTL - Le maire de Meaux fustige les rigidités françaises qui ont exacerbé la crise sanitaire et appelle à réorganiser le système de santé en s'inspirant du modèle allemand.

Alba Ventura L'invité de RTL Alba Ventura iTunes RSS
>
Jean-François Copé était l'invité de RTL du 24 avril 2020 Crédit Image : Thomas SAMSON / AFP | Crédit Média : Alba Ventura | Durée : | Date :
La page de l'émission
L'invite´ de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura et Benjamin Hue

Jean-François Copé veut tirer les leçons de la crise du coronavirus. Réélu à la tête de la mairie de Meaux dès le premier tour des élections municipales le 15 mars dernier, l'ancien ministre de Jacques Chirac explique sur RTL avoir "profité de cette période difficile pour chercher à comprendre pourquoi l'Allemagne, par exemple, avait réussi mieux que nous". Et sa conclusion est sans appel : "L'Allemagne est une grande leçon pour nous".

La réussite du voisin de la France, qui comptait seulement 5.231 décès et 150.383 contaminations jeudi contre plus de 20.000 morts dans l'Hexagone, réside selon lui dans la souplesse et la décentralisation de son administration. 

"Alors qu'on a le même niveau de dépenses de santé, la France est rigide, parce qu'elle est prisonnière de son statut, de la fonction publique, extrêmement centralisée, cloisonnée, l'hôpital public ne parle pas aux médecins libéraux, aux cliniques privées ou aux vétérinaires, chacun fait dans son coin", déplore-t-il, ajoutant aussi les 35 heures à l'hôpital à la liste des incuries françaises. 

Pour Jean-François Copé, ces "rigidités technocratiques" sont compensées sur le terrain par "l'agilité et la réactivité des gens", "les soignants, la police municipale, les équipes de propreté urbaine", mais "on ne peut pas s'en satisfaire". 

À lire aussi
Une voiture de SOS Médecins. (Illustration) épidémie
Coronavirus en France : les interventions de SOS médecins en forte hausse

Alors qu'Emmanuel Macron a promis un plan d'investissement massif pour l'hôpital, le maire de Meaux se méfie "du mot "grand plan", car il voit "revenir toute la technocratie dans ce qu'elle a de pire, les commissions qui vont se retrouver, discuter, palabrer". 

Mieux considérer le personnel soignant

L'urgence est désormais, selon lui, à la mise en oeuvre d'une "idée toute simple" : "Il faut que sur le terrain, on décloisonne, on simplifie, que les directeurs d'hôpitaux soient des managers qui aient de la véritable souplesse pour organiser les choses et que l'on mette partout de la souplesse. Et que l'on considère mieux les personnels soignants qui sont à bout de souffle".

Jean-François Copé a par ailleurs indiqué que la mairie de Meaux "n'a pas attendu l'Etat" pour commander des masques. "On a compris que l'Etat était trop lent donc on a passé un certain nombre de commandes, avec l'appui du département et de la région Île-de-France. On a passé des commandes massives pour pouvoir organiser, avant le 11 mai, la distribution de masques". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Allemagne Jean-François Copé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants