1 min de lecture Assemblée nationale

Coronavirus et StopCovid : le député Aurélien Taché souhaite "un vote dédié"

INVITÉ RTL - Le député LaREM Aurélien Taché "fait partie de ceux qui pensent qu’on doit être très prudent" concernant l'application de traçage Stop Covid.

Vincent Parizot RTL Soir Week-End Vincent Parizot iTunes RSS
>
Déconfinement : Aurélien Taché (LREM) souhaite "un vote dédié" sur l'application Stop Covid Crédit Image : GUILLAUME SOUVANT / AFP | Crédit Média : Vincent Parizot | Durée : | Date : La page de l'émission
245-PARIZOT
Vincent Parizot édité par Youen Tanguy

Le Premier ministre doit présenter le plan de déconfinement du pays mardi après-midi devant l'Assemblée. Une présentation qui sera suivie, dans la foulée, d'un vote des parlementaires. Un tempo que regrette le président des Républicains Christian Jacob, qui souhaite, lui, un délai de 24 à 48 heures pour débattre en commission de ce plan.

"Je peux comprendre que l’on puisse demander un vrai débat à l’Assemblée sur le plan de déconfinement et donc qu’on ne fasse pas un vote immédiatement dans la foulée du discours", a assuré le député LaREM Aurélien Taché.  

Mais le député souhaite surtout "un vote dédié sur la question de l’application StopCovid". "Il y a un vrai débat sur ce point, y compris au sein de la majorité, détaille-t-il. C’est quelque chose de radicalement nouveau par rapport à la pratique française que ce principe de traçage numérique des personnes qui auraient eu le Covid-19 et ça nécessite une expression et un vote en tant que tel". 

Et d'ajouter : "Et si effectivement on peut avoir un vote décalé dans la semaine pour pouvoir prendre connaissance de l’ensemble des mesures, je trouve que ça n’est pas une mauvaise chose". 

"Il faut prendre le temps du débat sur ces sujets d’éthique et du numérique"

À lire aussi
Dans une tribune publiée dans le JDD, 75 députés de la majorité appellent à se faire vacciner massivement vaccin
Grippe : 75 députés lancent un appel à la vaccination massive

Le député précise encore qu'il fait "partie de ceux qui pensent qu’on doit être très prudents". "La CNIL, comme le Conseil national du numérique, ont bien dit que si on se lançait dans cette voie, il y avait des risques d’accoutumance forts", abonde le parlementaire pour qui "l'idée de tracer numériquement nos concitoyens est une habitude qu’il ne faut pas prendre".

Et de conclure : "Il faut prendre le temps du débat sur ces sujets d’éthique et du numérique".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Assemblée nationale Parlement Coronavirus
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants