7 min de lecture Coronavirus

Coronavirus, confinement et masques : ce qu'il faut retenir du Grand Jury d'Olivier Véran

INVITÉ RTL - "Le matériel de protection est absolument indispensable pour les soignants, mais avec ou sans matériel de protection on peut être malade dans son exercice professionnel, on peut être malade quand on est soignant", a indiqué le ministre de la Santé.

micro generique Le Grand Jury Benjamin Sportouch iTunes RSS
>
Le Grand Jury d'Olivier Véran consacré au coronavirus Crédit Image : PASCAL ROSSIGNOL / X00234 / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Un médecin hospitalier est mort après avoir été infecté par le nouveau coronavirus, a indiqué dimanche le ministre de la Santé Olivier Véran, précisant qu'il s'agissait à sa "connaissance" du premier décès de ce type en France

Invité du Grand Jury ce dimanche 22 mars, le ministre de la Santé a indiqué : "J'ai été informé hier (samedi) soir du décès d'un médecin hospitalier, c'est à ma connaissance (...) la première situation qui a frappé un médecin hospitalier". Il s'est refusé à donner des "informations plus précises", au nom de la volonté de la famille et du secret médical.

Selon France 3 Hauts-de-France, la victime est un médecin urgentiste de Compiègne, dans l'Oise, un des premiers départements à avoir été fortement touché en France, et est décédé après son transfert à Lille. Des informations confirmées à l'AFP de source proche du dossier. Olivier Véran, qui s'est "associé à la douleur de la famille", a relevé le "très lourd tribut payé par la grande famille des médecins aujourd'hui". 

Des pénuries de masques pour les personnels de santé

Le ministre des Solidarités et de la Santé a également "souligné le courage extraordinaire dont font preuve l'ensemble des médecins, des soignants, des pompiers, de toutes les personnes qui permettent de sauver des vies chaque jour".

À lire aussi
Donald Trump. lors d'un meeting à Tulsa. réseaux sociaux
Donald Trump va-t-il bannir TikTok aux États-Unis ?

Interrogé sur l'incidence de la pénurie de masques pour les personnels de santé, le ministre a déclaré que "ce que nous savons c'est que la plupart des soignants qui vont contracter la maladie ne vont pas la contracter dans le cadre de leur mission hospitalière, mais en dehors".

Tout en reconnaissant que les soignants "sont par définition ceux qui sont le plus en contact avec les malades", il a relevé qu'il "y a eu plusieurs cas de contamination dans une unité de médecins ou d'infirmières qui bien qu'équipés en masques avaient pu être contaminés". "Le matériel de protection est absolument indispensable pour les soignants, mais avec ou sans matériel de protection on peut être malade dans son exercice professionnel, on peut être malade quand on est soignant", a-t-il dit.

Un confinement au-delà de 2 semaines ?

Le confinement peut-il durer au-delà de quinze jours ? "Deux semaines, c'est une durée minimale, jamais nous n'avons donné de durée maximale", répond Olivier Véran. "Cette durée tient compte des données de la science", explique le ministre de la Santé. 

"Si nous constatons qu'il s'agit de le renforcer par endroit, nous le ferons. Nous sommes en train d'adapter et d'anticiper en permanence".

Le conseil scientifique se réunira lundi 23 mars pour donner son avis sur cette question. Celui-ci n'a cependant "pas vocation à servir d'autorité", a déclaré Olivier Véran. "C'est au pouvoir politique de prendre des décisions et de les assumer". Et de conclure : "Jusqu'à présent il n'y a jamais eu de divergences."

Retrouvez l'interview d'Olivier Véran

12h58 - Merci à tous de nous avoir suivis. 

12h53 - Depuis le début de l'épidémie de coronavirus, des vols de masques dans les hôpitaux ou directement dans les voitures des médecins et des infirmiers se multiplient. Le vol de masque est "un vol simple qui peut être puni de 3 ans de prison et de 45.000 euros d'amende. Il peut même être aggravé. Par exemple un vol de nuit d'une pharmacie avec des dégradations c'est cinq ans de prison et 75.000 euros d'amende", avait insisté Christophe Castaner.

Olivier Véran condamne fermement ces vols.

12h50 - Le laboratoire suisse Novartis s'est dit prêt vendredi à offrir jusqu'à 130 millions de doses de chloroquine, un traitement contre le paludisme potentiellement efficace dans la lutte contre le nouveau coronavirus.

"L'espoir me suffit pour tout mettre en oeuvre pour que l'on puisse vérifier si c'est efficace ou non. Si ce traitement est efficace, nous mettrons tout en oeuvre pour le proposer aux Français", dit Olivier Véran qui annonce que "d'ici à 15 jours", nous devrions avoir quelques informations

"Aujourd'hui, ce n'est pas responsable hors protocole que d'indiquer aux gens qu'ils peuvent se soigner avec ce traitement", ajoute-t-il

12h48 - Le ministre de la Santé Olivier Véran est revenu sur la période de confinement instaurée en France pour lutter contre l'épidémie de coronavirus. 

A lire aussi

12h38 - "En période de confinement et d'épidémie, il y a des choses du domaine de l'indispensable et du vital et d'autres du sacrifice personnel. Nous demandons aux Français de continuer de travailler. S'il manque un maillon, cela peut avoir des conséquences", explique Olivier Véran. Et d'ajouter : "Il y a des travaux qui peuvent être suspendus ou repoussés à plus tard, mais l'immense majorité des travaux publiques sont indispensables à la vie de notre pays"

Coronavirus ou pas, choisir de placer ou non un malade sous respirateur artificiel est le lot quotidien des médecins réanimateurs. Mais l'épidémie actuelle risque de les contraindre à un "tri" à grande échelle soulevant des questions éthiques. Cela peut-il se produire en France ?

"La question des respirateurs, des lits de réanimation, de soins intensifs... Nous avons demandé à tous les hôpitaux d'arrêter toutes activités programmées (...) C'est pour être capable de faire face le plus possible (...) Quand une épidémie frappe, vous pouvez avoir tout préparé mais quand même vous vous retrouvez dans une situation de tension exceptionnelle", répond le ministre

"J'ai demandé à ce que des cellules éthiques soient mises en place dans tous les hôpitaux pour aider les soignants au moment où ils devront prendre cette décision (...) Nous faisons le maximum pour que cette situation ne se présente pas. Nous faisons tout pour éviter d'être face à cette situation. Mais l'incertitude me force à être prudent", ajoute-t-il

12h32 - "La situation va continuer à s'aggraver avant que les effets du confinement fassent leur effet", a rappelé samedi le ministre de la Santé Olivier Véran. Il estime le nombre de personnes infectées en France à "entre 30.000 et 90.000", fourchette large en raison des nombreuses personnes présentant peu ou pas de symptômes.

La France va-t-elle tester tous les habitants ? 

"Nous réalisons 5.000 tests par jour. Il y a préparation de la France pour pouvoir faire beaucoup de tests le moment venu. L'enjeu concerne le moment de la levée du confinement (...) L'enjeu c'est d'équiper les laboratoires pour pouvoir multiplier ces tests. Nous sommes en phase avec les recommandations de l'OMS. J'entends ces recommandations, la France se prépare à pouvoir tester davantage", explique-t-il.

12h24 - Y a-t-il eu un manque d’anticipation des gouvernements précédents et de celui-ci ? 

"Sincèrement, ce n'est pas le sujet. Aujourd'hui, je mobiliser toute l'énergie sur la protection des Français. Quant à savoir comment la France a réagi, nous sommes le seul pays d'Europe à avoir rapatrier des Français à Wuhan (...) Nous avons toujours considéré le risque comme maximal", répond Olivier Véran

12h20 - "Il ne faut pas considérer que le port du masque serait l'alpha et l'omega de la protection (...) Même quand vous portez un masque, vous le touchez. Vous pensez qu'il vous protège mais ce n'est pas le cas. Si vous voulez vraiment vous protéger, c'est le lavage des mains, le gel hydroalcoolique et la distanciation sociale", explique Olivier Véran

12h17 - "Nous faisons face à une menace inédite. Nous n'avons pas les apprentissages du passé", ajoute-t-il. 

"Les commandes de masques à l'étranger, je les ai passées avant même que les usines chinoises repartent. La commande que j'ai annoncé hier, je l'ai passé il y a plusieurs semaines. Il y a d'autres commandes de masques que j'ai passé à l'étranger et je les annonce au fur et à mesure qu'elles sont actées", dit Olivier Véran

12h15 - Les autorités ont demandé au conseil scientifique créé sur le Covid-19 de se prononcer sur "la durée" et "l'étendue" du confinement. Son avis est attendu lundi, mais tout laisse à penser qu'il se prononcera pour une prolongation, voire un renforcement des mesures.

"L'avis du conseil scientifique n'a pas vocation à servir d'autorité. C'est moi qui l'ait voulu. Nous sommes dans une démocratie et c'est au pouvoir politique de prendre et d'assumer les décisions qu'il prend", répond Olivier Véran. 

"Nous donnons nos décisions tous les jours sur le confinement. A mesure que la situation l'exigera, nous serons amenés à prendre d'autres décisions. Cette transparence est essentielle et inédite dans notre pays", ajoute le ministre de la Santé

12h10 - "Le confinement est généralisé, il est appliqué à l'italienne et à l'espagnol. Il a été mis en oeuvre plus tôt que l'ensemble des pays européen qui nous entoure (...) Ce confinement nous sommes habilités à la renforcer partout où c'est nécessaire. Des préfets ont mis en place un couvre-feu", explique Olivier Véran

"J'ai conscience des efforts que nous demandons aux Français". 

12h03 - "Aucun scientifique n'est capable de dire quelle est la part des individus qui vont être contaminés par le coronavirus", explique Olivier Véran 

"Nous sommes capables d'anticiper un pic épidémique mais ce que les Français doivent comprendre c'est que depuis le début de l'épidémie, il y a une différence dans les territoires. Je ne peux pas vous dire quand nous aurons le pic épidémique. Nous saurons que le pic a été atteint quand le nombre de contaminés aura diminué", explique Olivier Véran qui ajoute que "tout le territoire est touché" par le coronavirus. 

"J’ai été informé hier soir du décès d’un médecin hospitalier. C’est à ma connaissance avec toutes les réserves que j’ai indiqué auparavant liées au secret médical, la première situation qui a frappé un médecin hospitalier", annonce le ministre de la Santé

12h - Le Grand Jury commence. Posez toutes vos questions sur twitter avec #LeGrandJury

11h35 - Bonjour à tous et bienvenue dans ce live. Olivier Véran est l'invité ce dimanche 22 mars, à partir de 12h de l'émission Le Grand Jury, spécialement consacrée au coronavirus. Posez vos questions au ministre de la Santé, dans les commentaires de cet article. Elles seront relayées en direct. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Olivier Véran Gouvernement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants