2 min de lecture Coronavirus

Coronavirus et confinement : bientôt tous testés, tous fichés, tous surveillés ?

ÉDITO - Nos déplacements, nos données personnelles, notre état de santé... Serons-nous demain tous surveillés ?

L'Edito Politique - Olivier Bost L'Edito politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Tous testés, tous fichés, tous surveillés ? Crédit Image : GERARD JULIEN / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
L'Edito Politique - Olivier Bost
Olivier Bost
édité par Marie-Pierre Haddad

Et si toutes nos informations, tous nos déplacements étaient partagés, utilisés pour limiter la diffusion du coronavirus ? Ça s'appelle du tracking et ça fait débat. Ces techniques soulèvent beaucoup d'interrogations légitimes.

Contre toutes les évidences d'une démocratie, nous sommes confinés à domicile. C'est une restriction de circulation, une privation de libertés, sans pareil que personne ne peut contester bien-sûr. L'impératif de santé est plus fort. Il n'y a pas d'alternative au confinement. Sauf une et c'est une piste que le gouvernement a choisi d'explorer : celui d'une surveillance de masse de notre santé, de nos déplacements et donc de nos rencontres. 

Un traçage numérique pour identifier les personnes ayant été en contact avec des malades infectés par le coronavirus. La Corée du Sud l'a utilisé, la Chine aussi., avec succès si l'on en croit leurs résultats.

Vérifier l'intérêt de ces techniques

C'est ça que le gouvernement français veut seulement étudier, dit-il. Officiellement, c'est Sibeth Ndiaye, la porte-parole du gouvernement, qui l'a assuré hier. Il s'agit de vérifier l'intérêt de ces techniques, pas de les appliquer.

À lire aussi
Le ministre de la Santé Olivier Véran santé
Coronavirus : la France a commandé près de deux milliards de masques en Chine

Il n'y a pas de projet concret a assuré le secrétaire d'état au Numérique. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a lui carrément dit qu'il y était hostile. N'empêche, ça figure bel et bien dans les missions du nouveau comité scientifique, créé mardi autour d'Emmanuel Macron

Les savants doivent réfléchir, c'est écrit noir sur blanc, "à l'opportunité de la mise en place d'une stratégie numérique d'identification des personnes ayant été en contact avec des personnes malades". 

Les opérateurs téléphoniques savent tout de nos déplacements

La médecine et les données de masse se combinent très bien. Ça fait même fantasmer les géants du numérique et pas mal de start-up. Il suffit de votre téléphone dans votre poche pour connaitre vos déplacements, savoir qui vous avez rencontré dans une journée et si on veut y associer votre état santé, savoir si vous êtes infecté par le coronavirus.

Et ça ne demande pas beaucoup de moyen. En France, raconte Le Canard Enchaîné cette semaine, savez-vous comment le ministère de l'Intérieur a su très précisément combien de parisiens avaient fui l’Île-de-France au début du confinement ? Ils ont demandé aux opérateurs téléphoniques qui savent tout de nos déplacements. Rassurez-vous, ils n’ont pas demandés les noms. 

Une surveillance à une telle échelle même pour un motif de santé public, ça donne le vertige

Olivier Bost
Partager la citation

L'histoire, même la plus récente, nous apprend que chaque recul sur les libertés individuelles est un recul. On n'y revient jamais. Et là franchement, une surveillance à une telle échelle même pour un motif de santé public, ça donne le vertige

Regardez ce qui s'est passé après chaque vague d'attentats. Il y a eu des mesures d'exceptions qui sont devenues la norme. Pour prendre une autre image, c'est comme abuser de quelqu'un en état de faiblesse. Nous n'avons qu'une envie, en finir avec l'épidémie, sortir de chez nous. Nous sommes donc disposés à tout accepter, sans trop y réfléchir. Le gouvernement jure ne faire que regarder ce que ça donne et se montre très prudent. Dans une guerre, il faut bien regarder toutes les armes possibles.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Coronavirus Confinement
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants