2 min de lecture Syndicats

CGT : "Il y a beaucoup de choses à conquérir", dit Philippe Martinez sur RTL

INVITÉ RTL - Philippe Martinez a été réélu à la tête de CGT, ce vendredi 17 mai lors du 52e Grand congrès du syndicat. Pour son nouveau mandat, le secrétaire général lance une véritable opération de reconquête des salariés français.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
CGT : "Il y a beaucoup de choses à conquérir", dit Philippe Martinez sur RTL Crédit Image : Frédéric Bukajlo / SIPA / RTL | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier et Leia Hoarau

Il a été réélu à plus de 90% secrétaire général de la CGT à l'issue d'un 52e congrès sans entrain le vendredi 17 mai. Le syndicat est passé, cet hiver, 2e de France, derrière la CFDT. Philippe Martinez, invité sur RTL, revient sur sa réélection dont il a été le seul candidat. Le syndicaliste évoque les combats qu'il souhaite continuer à mener au cours de son nouveau mandat.

"Ce qui nous manque, pas seulement à la CGT mais à l'ensemble des syndicats et au monde du travail, c'est de regagner des grandes conquêtes sociales. Ce dont nous avons besoin, c'est de pouvoir s'adresser beaucoup plus largement au monde du travail : je pense aux jeunes précaires, aux chômeurs".

En plus de vouloir récupérer sa place de premier syndicat de France, l'objectif de la CGT est également "que nous arrêtions d'être dos au mur, à repousser de mauvaises réformes, et qu'enfin nous soyons à l'offensive". Philippe Martinez rappelle qu'"en matière de protection sociale, de retraite, de salaires, de réduction du temps de travail, il y a beaucoup de choses à conquérir si l'on veut que tout le monde ait du boulot".

Notre défi, c'est qu'on soit présent dans un maximum d'entreprises

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT
Partager la citation

Comment expliquer l'échec de la mise en avant des syndicats pendant les manifestations des "gilets jaunes" ? Philippe Martinez l'explique par leur faible présence dans les entreprises. "Quand on n'est pas présent dans une entreprise, les salariés s'organisent sans nous. Donc notre défi, c'est qu'on soit présent dans un maximum d'entreprise pour qu'on puisse aider à ces mobilisations".

À lire aussi
Des grévistes devant le siège de la RATP, en 2016 réforme des retraites
Grève à la RATP : comment expliquer le choix symbolique du 5 décembre ?

Pour le nouveau secrétaire général, les "gilets jaunes" auront inévitablement besoin d'un syndicat s'ils souhaitent continuer à mener le combat : "Les 'gilets jaunes' s'en rendent compte : eux aussi ont besoin de s'organiser. Quand il s'agit de revendiquer, il faut avoir en face de soi des contacts, et permettre qu'il y ait des mobilisations toute la semaine". 

Philippe Martinez, confiant, croit en son nouvel objectif de reconquête : les salariés "auront envie de faire appel à la CGT quand ils nous croiseront et nous connaîtront. Moi je dis souvent : 'la CGT, l'essayer c'est l'adopter'. Il faut qu'il y ait un maximum de salariés qui l'essaye, et je vous assure, on sera vite adoptés".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syndicats Philippe Martinez Cgt
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants