2 min de lecture Grève

Blocage des raffineries : Pannier-Runacher ne "connaît pas le droit", selon la CGT

INVITÉ RTL - La Fédération CGT de la Chimie appelle à un blocage de toutes les installations pétrolières pendant 96 heures, du 7 au 10 janvier.

RTL Soir On Refait le monde - Sotto L'invité de RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Blocage des raffineries : Pannier-Runacher ne "connaît pas le droit", selon la CGT Crédit Image : AFP / Georges Gobet | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
245-PARIZOT
Vincent Parizot édité par Venantia Petillault

La CGT a appelé à un nouveau "grand temps fort" dans le cadre de la mobilisation contre la réforme des retraites. Emmanuel Lépine, secrétaire général de la CGT Chimie, appelle donc à un arrêt de toutes les installations pétrolières - raffineries, terminaux pétroliers, dépôts - pendant 96 heures, du 7 au 10 janvier, afin d'obtenir le retrait du projet de réforme des retraites. 

"Nous n'appelons pas au blocage mais à la grève. Nous voulons le retrait de cette réforme dont personne ne veut", déclare Emmanuel Lépine. Alors que plusieurs ministres ont dénoncé des annonces "faites pour faire paniquer les Français et qu'ils se précipitent dans les stations ce qui peut ensuite causer des ruptures sur des carburants", selon Élisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, Emmanuel Lépine reste ferme à ce sujet. 

"Pour mettre la pression, on veut le retrait de la réforme mais quand on fait une grève à la japonaise - en continuant de travailler - , ça ne fonctionne pas, comme dans les urgences hospitalières depuis 10 mois par exemple. Il faut changer le ton et obliger le gouvernement à retirer cette réforme", affirme le syndicaliste. 

On espère aussi que chacun reprenne confiance dans ce mouvement

Emmanuel Lépine, secrétaire général de la CGT Chimie
Partager la citation

Tandis que la secrétaire d'État à l'Économie, Agnès Pannier-Runacher, a estimé, jeudi 2 janvier sur BFMTV, que le blocage des raffineries envisagé par la CGT est "illégal" et qu'il pas un "droit de grève", Emmanuel Lépine lui répond au micro de RTL qu'elle "ne connaît pas le droit".

À lire aussi
Des avocats protestant contre la réforme des retraites, vendredi 30 mars à Nanterre réforme des retraites
Les infos de 12h30 - Réforme des retraites : des avocats bloquent le tribunal de Paris

Mais alors que l'on compte moins de 7% de grévistes à la SNCF ces derniers jours, la CGT ne compte pas baisser les bras et espère une mobilisation à la hauteur des premières semaines de grève. "On espère aussi que chacun reprenne confiance dans ce mouvement et rejoigne les grévistes actuels de manière à obtenir un chiffre qui est au moins égal aux grandes mobilisations du mois de décembre. On mesure les conséquences que peut avoir cette réforme à long terme : une baisse massive des retraites pour l'ensemble de la population", réprouve Emmanuel Lépine. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Grève Réforme des retraites Cgt
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants