1 min de lecture Alimentation

Bio à la cantine : "Ça ne va pas coûter plus cher", plaide Delphine Batho sur RTL

L'ancienne ministre de l'Écologie soutient un amendement de la loi Alimentation qui prévoit que la part fixée pour l’alimentation bio soit d’au moins 20 % des produits utilisés.

RTL Midi -  Christelle Rebière L'invité de RTL Midi Christelle Rebière
>
Bio à la cantine : "Ça ne va pas coûter plus cher", plaide Delphine Batho sur RTL Crédit Image : XAVIER LEOTY / AFP | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Carpentier-795x530
Stéphane Carpentier et Christelle Rebière

Les repas dans la restauration collective publique devront comprendre, au plus tard en 2022, au moins 50% de produits tenant compte de la préservation de l’environnement. C'est l'objet d'une mesure de la loi Alimentation évaluée en séance publique à l'Assemblée ce 22 mai.

L'ancienne ministre de l'Écologie Delphine Batho soutient un amendement de ce texte qui prévoit que la part fixée pour l’alimentation bio soit d’au moins 20 % des produits utilisés. Or il n'y a que 3% de bio dans les achats des cantines. "C'est ce qui rend nécessaire le fait que la loi (Alimentation) intervienne", assure Delphine Batho, ancienne ministre de l'Écologie. Elle souhaite "le déploiement de l'agriculture de qualité dans les repas des enfants de l'école".

L'ex-ministre de l'écologie estime que cela aiderait à la montée en gamme de l'agriculture française. Delphine Batho tient toutefois à rassurer les consommateurs quant aux prix. "Ça ne va pas coûter plus cher parce que les collectivités vont devoir développer des stratégies d'approvisionnement local donc avec moins d'intermédiaires", précise-t-elle. 

On l'avait testé sans coût supplémentaire pour les familles

Delphine Batho, ex-ministre de l'Écologie.
Partager la citation

Cela mettra selon elle fin "au gaspillage alimentaire qui donne des marges de manœuvre économiques considérables". Des choix qui seraient donc même avantageux financièrement. "Nous on l'avait testé dans les Deux-Sèvres sans qu'il y ait de coût supplémentaire pour les familles", assure l'ancienne ministre. 

À lire aussi
De la viande et des saucisses au barbecue (illustration) été
Barbecue : 4 anecdotes pour pouvoir briller lors des soirées d'été

"Il faut déployer les circuits courts si on veut avoir ces produits de saison, de qualité dans le bio", précise Delphine Batho. Pour faire face à la demande exponentielle des consommateurs français, "il faut accélérer et c'est le but de l'article 11 de la loi qu'on va débattre à l'Assemblée nationale", conclut-elle.  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alimentation Consommation Sécurité alimentaire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants