1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Assemblée nationale : ce qu’il faut retenir des premiers échanges entre gouvernement et députés
4 min de lecture

Assemblée nationale : ce qu’il faut retenir des premiers échanges entre gouvernement et députés

Les premières questions au gouvernement ont eu lieu dans l'hémicycle ce mardi 12 juillet. Rachel Kéké est intervenue sur le pouvoir d'achat, Yaël Braun-Pivet a assuré son autorité... voici ce qu'il faut retenir.

L'Assemblée nationale (image d'illustration)
L'Assemblée nationale (image d'illustration)
Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
Marine Derquenne

C'était la première séance de questions au gouvernement pour Élisabeth Borne et ses ministres. Les QAG sont un rendez-vous hebdomadaire des députés et du gouvernement, qui a lieu chaque mardi de 15 heures à 17 heures dans l'enceinte du Palais Bourbon.

Marine Le Pen, cheffe des députés du groupe RN à l'Assemblée, a été la première à s'exprimer. Traditionnellement, c'est le Premier ministre qui répond aux présidents de groupe. C'est donc Élisabeth Borne qui lui a répondue, tout comme à Boris Vallaud, président du groupe PS à l'Assemblée.
Les députés ont questionné les ministres présents, dont Pap Ndiaye, Olivier Dussopt, Gérald Darmanin, Gabriel Attal, Olivier Grégoire, Agnès Pannier-Runacher, Marc Fesneau ou encore François Braun, sur plusieurs thématiques. L'immigration, la sécurité, les "Uber Files", le pouvoir d'achat et l'inflation, l'accueil des réfugiés ukrainiens, le système de santé, la canicule et le dérèglement climatique, l'agriculture et la souveraineté alimentaire sont les sujets qui ont été évoqués.

Marine Le Pen pose la première question

La patronne des députés RN a pris la parole au début de la séance, questionnant Élisabeth Borne sur l'expulsion des étrangers condamnés. "Dimanche, votre ministre de l'Intérieur déclarait vouloir 'permettre l'expulsion de tout étranger reconnu coupable d'un acte grave par la justice', je salue donc ce pas vers nous", a lancé Marine Le Pen. Celle-ci demandait à la Première ministre d'"exécuter les obligations de quitter le territoire" (OQTF) pour les étrangers, "dont l'application reste aujourd'hui à 90% lettre morte". 

Sur l'expulsion des étrangers ayant "commis des actes graves", Élisabeth Borne a dit à la cheffe de file des députés RN qu'elle n'avait "pas lu le programme du candidat Emmanuel Macron puisque cette mesure y figurait."

"Je n'irai pas chercher les voix du Front national", a continué la Première ministre. "Il y aura toujours quelque chose qui s'interposera entre nous, cela s'appelle les valeurs", a estimé la cheffe du gouvernement. "Mon ADN, ma colonne vertébrale s'appelle la République. Alors oui, je vous le redis Madame Le Pen, mon identité, c'est la liberté, c'est l'égalité, c'est la fraternité, c'est la laïcité. Et comme Première ministre c'est autour de ces valeurs que je veux rassembler et uniquement autour d'elles". "Et ces valeurs, Madame Le Pen, vous avez beau tenter de vous les approprier, je suis convaincue que, dans les faits, vous ne les partagez pas", a-t-elle conclu. "Ceux qui n'ont pas voté la (motion de) censure" de LFI, comme le RN et LR, "n'exprimaient ni une confiance au gouvernement, ni une participation à la majorité", a précisé Élisabeth Borne. 

Yaël Braun-Pivet reprend Danielle Simonnet

La présidente de l'Assemblé nationale Yaël Braun-Pivet a interpellé la députée insoumise Danielle Simonnet après sa prise de parole. "Madame Simonnet, je vous parle ! Je vous précise qu'avant toute prise de parole il est d’usage de saluer la présidence dans cet hémicycle" a-t-elle précisé. 

La ministre Olivia Grégoire prend la parole pour répondre à sa question sous le brouhaha des députés. Yaël Braun-Pivet les a rappelé à l'ordre : "Si vous posez des questions et que vous n'écoutez pas les réponses, je ne vois pas l'intérêt de la séance", a-t-elle lancé.

"Allez-vous appeler la prochaine canicule TotalEnergie 2 ?"

"Les faits et les principaux responsables de la catastrophe climatique sont connus. Il est temps de les nommer : Total, Exxon, Gazprom... Le gouvernement accepte-t-il la proposition des scientifiques de nommer les canicules par les noms de ces pollueurs ?", a questionné la députée EELV Julie Laernos. "Allez-vous appeler la prochaine canicule TotalEnergie 2 ?", a-t-elle ajouté.

La ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier Runacher lui a répondu. Elle a d'abord rappelé que la France sera "la première grande nation à sortir des énergies fossiles". "Nous sommes passés de 40% de réduction des gaz à effet de serre à 55%. C'est absolument concret", a-t-elle déclaré, soulignant "la responsabilité d'un gouvernement qui affronte la réalité". "Plutôt que de vociférer sur des bancs, venez avec nous, et trouver des solutions !", a lancé la ministre aux députés de la Nupes.

Rachel Kéké interpelle le ministre du Travail

"L'inflation atteint des niveaux historiques alors que les salaires n'augmentent pas", commence la nouvelle députée de LFI Rachel Kéké. "Mes camarades femmes de chambre sont aujourd'hui en grève" et demande une revalorisation de leur salaire, comme "les chauffeurs de bus, aéroports, cheminots de la SNCF" et ceux qui travaillent dans la grande distribution, a énuméré Rachel Kéké. 

"Vous ne proposez que des chèques aléatoires et des primes au bon vouloir des employeurs. Ce n'est pas avec des primes et des chèques que l'on paye son loyer tous les mois ! Ce n'est pas avec des primes et des chèques que l'on fait le plein de la semaine ! Ce n'est pas avec des primes et des chèques nourrit ses enfants tous les jours !", a-t-elle crié, rappelant les mesures que proposent la Nupes dont l'augmentation du Smic à 1.500 euros. 

Coupée avant d'avoir terminé son intervention, le ministre du Travail Olivier Dussopt, a rappelé que "sur les dix derniers mois, le mécanisme de protection du niveau du Smic a permis son augmentation de 5,5%, soit l'équivalent de l'inflation". Le ministre a également ajouté, ciblant les députés de la France Insoumise : "Les législatures passent, votre groupe ne change pas. Vous êtes dans l'incantation, nous sommes dans l'action".

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentai