1. Accueil
  2. Actu
  3. Conso
  4. Inflation : Bercy écarte le retour des promotions à 50% sur les produits alimentaires
2 min de lecture

Inflation : Bercy écarte le retour des promotions à 50% sur les produits alimentaires

Le gouvernement ne proposera pas d'autoriser les promotions à 50% sur les produits alimentaires. Une mesure qui était dénoncée par les syndicats agricoles.

Le rayon d'un supermarché à Lyon. (illustration)
Le rayon d'un supermarché à Lyon. (illustration)
Crédit : JEFF PACHOUD / AFP
Thibault Nadal & AFP

C'était une proposition de Bruno Le Maire, le ministre de l'Économie. Mais elle ne verra pas finalement pas le jour sous la pression des représentants des agriculteurs : le gouvernement n'autorisera pas les promotions à 50% sur les produits alimentaires.

Après avoir reçu mardi matin la présidente de la FNSEA Christiane Lambert et Arnaud Gaillot, président des Jeunes agriculteurs (JA), le ministre "s'est engagé à ne pas mettre en œuvre cette proposition, qui n'était encore qu'une suggestion, à l'issue de la mission confiée à l'Inspection générale des finances (IGF)" sur la formation des prix alimentaires, explique le ministère de l'Économie à l'AFO.

Actuellement, les distributeurs de produits alimentaires ne peuvent proposer des promotions qu'à hauteur de 34%, une règle censée protéger la rémunération des producteurs. Bruno Le Maire avait annoncé lundi le lancement d'une enquête de l'IGF pour vérifier la formation des prix des produits alimentaires en cette période d'inflation, notamment après que le président du comité stratégique des centres E. Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, avait jugé "suspectes" certaines hausses de prix demandées par les industriels.

Une proposition massivement rejetée par les agriculteurs

Cette piste de réflexion a suscité une levée de boucliers dans le secteur agricoleChristiane Lambert ayant répondu que ce n'était "pas la bonne réponse". "Cela reviendrait à renforcer la pression sur les entreprises et les agriculteurs, qui sont déjà étranglés par les hausses de leurs coûts de production", s'inquiétait aussi l'Ania, principale organisation de l'agroalimentaire.

À lire aussi

Le ministre a "entendu" et "compris les inquiétudes" des agriculteurs sur les conséquences éventuelles d'une telle mesure sur la juste rémunération des producteurs, explique Bercy, où on juge inutile de "d'attiser les angoisses" dans le monde agricole.

Dans un communiqué, le syndicat majoritaire FNSEA et les JA se sont félicités d'une "clarification de la position du ministre" : "il était capital d'envoyer un message clair de soutien aux agriculteurs et aux entreprises. Il était également important d'adresser ce message à certains acteurs de la distribution qui n'ont de cesse de vouloir détricoter les EGAlim (la loi alimentation votée en 2018, ndlr) à leur seul profit", commentent-ils.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/