1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Affaire Ghosn : pas de fraude fiscale identifiée en France, assure Le Maire
1 min de lecture

Affaire Ghosn : pas de fraude fiscale identifiée en France, assure Le Maire

Le parquet de Tokyo a confirmé, ce mardi 20 novembre, la garde à vue de Carlos Ghosn, PDG de l'alliance automobile Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, pour des soupçons de dissimulation de revenus.

Bruno Le Maire et Carlos Ghosn, le 8 novembre 2018
Bruno Le Maire et Carlos Ghosn, le 8 novembre 2018
Crédit : Etienne LAURENT / POOL / AFP
Marie-Pierre Haddad & AFP

L'arrestation de Carlos Ghosn, bâtisseur de l'empire automobile Renault-Nissan-Mitsubishi Motors, a provoqué la stupeur au Japon, en France et dans l'ensemble du monde automobile, où l'on s'interroge sur les conséquences du scandale pour le groupe. 

Accusé d'avoir dissimulé au fisc une part importante de ses confortables revenus, le dirigeant de 64 ans était toujours en garde à vue mardi 20 novembre dans un centre de détention de Tokyo au lendemain de son arrestation à la sortie de son jet privé. 

Bruno Le Maire a demandé, sur Franceinfo, une gouvernance intérimaire pour le constructeur Renault, son PDG n'étant plus "en état de diriger le groupe". Le ministre de l'Économie a prévu de se réunir dans la journée avec les administrateurs de l'État au sein du groupe ainsi que l'administrateur de référence Philippe Lagayette. 

Rien de particulier à signaler sur la situation fiscale de M. Ghosn en France

Bruno Le Maire

L'administration française n'a, quant à elle, identifié aucune fraude fiscale en France de la part de Carlos Ghosn. "Dès que j'ai appris la nouvelle" de sa garde à vue, "nous avons avec Gérald Darmanin demandé à nos services de vérifier la situation fiscale de Carlos Ghosn en France". Or "il n'y a rien de particulier à signaler sur la situation fiscale de M. Ghosn en France", a assuré le ministre de l'Économie.

À lire aussi

L'action du constructeur d'automobiles japonais Nissan a plongé de plus de 5%, ce mardi à la clôture de la Bourse de Tokyo. Le titre a clôturé sur un recul de 5,45% à 950,7 yens, tandis que celui de Mitsubishi Motors, également présidé par M. Ghosn, a lâché 6,84% à 680 yens. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/