1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Affaire Fillon : l'ancien candidat à la présidentielle a-t-il péché par orgueil ?
2 min de lecture

Affaire Fillon : l'ancien candidat à la présidentielle a-t-il péché par orgueil ?

Le 25 janvier 2017, la course de François Fillon vers l'Élysée est stoppée brutalement par les révélations du "Canard Enchaîné". La journaliste Véronique Jacquier revient sur les décisions de François Fillon qui l'ont mené à la fin de sa carrière politique.

Penelope et François Fillon, lors du meeting de la Villette le 29 janvier 2017
Penelope et François Fillon, lors du meeting de la Villette le 29 janvier 2017
Crédit : Eric FEFERBERG / AFP
François Fillon : le jour où le Canard Enchaîné révèle l'emploi fictif de son épouse
37:16
Capucine Trollion
Capucine Trollion

Le 25 janvier 2017, à quelques semaines des élections présidentielles, le candidat Fillon est stoppé dans son irrésistible ascension par des révélations parues dans Le Canard Enchaîné.

Son épouse, Pénélope Fillon, aurait occupé un emploi fictif d'assistante parlementaire auprès de son mari et perçu à ce titre 500.000 euros bruts en 14 ans. C'est le début du "Pénélope Gate" et la fin de la course à l'Élysée pour François Fillon. 

Il "a cru" à la présidence de la France, "mais, quand les épreuves surviennent, il n'y a plus de François Fillon", explique Véronique Jacquier, journaliste politique et auteure du livre François Fillon, l’homme qui ne voulait pas être président. "C'est un orgueilleux. Quand il a vu en tant que Premier ministre, parce qu'il était bien placé pour voir ce que c'était d'être au sein de l'appareil de l'État et ce que c'était de diriger, il s'est dit : 'Si Nicolas Sarkozy y arrive, pourquoi pas moi ?'", ajoute la journaliste.

C'est quand même un homme de conviction

Valérie Jacquier

"Mais, il ne s'était pas forcément programmé pour la fonction suprême. Il n'y pensait pas tous les matins en se rasant. Mais, il s'est dit qu'il avait peut-être un coup à jouer parce qu'il a du flair, c'est quand même un homme de conviction. Sur le plan de l'économie, il assumait un positionnement libéral donc il s'est dit : 'pourquoi pas moi ?'", poursuit Véronique Jacquier. 

Une revanche face à Nicolas Sarkozy et Alain Juppé

À lire aussi

François Fillon "avait oublié ses propres affaires parce que c'est un orgueilleux et puis surtout, il n'a connu la vie politique qu'à l'ancienne si j'ose dire. C'est-à-dire à une époque où on ne demandait pas des comptes aux élus et il s'est dit : 'Après tout ce que je fais, tout le monde le fait' (...) À l'époque, rappelons-le, ce n'était pas inégal. Lui, le problème, c'est qu'il a un petit peu institutionnalisé la chose en faisant courir les choses sur 30 ans", résume la journaliste. 

François Fillon n'a jamais lâché l'affaire et voulait rester coute que coûte dans la course politique après avoir été lu "brillamment" à la primaire de la droite en 2016. "C'est aussi l'histoire d'une victoire face Nicolas Sarkozy et Alain Juppé. "Il s'est dit : 'c'est moi qui ai gagné. Je ne suis plus l'homme que ces deux-là méprisaient' (...) 'il n'est pas question que je renonce, que je lâche', donc c'est vraiment une histoire d'orgueil", conclut Véronique Jacquier. 

Tous les jours dans Jour J, de 20h à 21h sur RTL, Flavie Flament vous fait découvrir les grands moments d’actualité qui ont marqué la mémoire collective.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/