1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Adrien Quatennens : "Fin", "chute", "erreur"... Jean-Luc Mélenchon empêtré dans l'affaire
3 min de lecture

Adrien Quatennens : "Fin", "chute", "erreur"... Jean-Luc Mélenchon empêtré dans l'affaire

DÉCRYPTAGE - Les différentes déclarations du chef de la France insoumise après la polémique sur son soutien à Adrien Quatennens n'ont pas suffi à calmer la colère à son encontre.

Jean-Luc Mélenchon, le 15 juin 2022.
Jean-Luc Mélenchon, le 15 juin 2022.
Crédit : ALAIN JOCARD / AFP
Marie-Pierre Haddad

L'affaire Mélenchon dans l'affaire Quatennens. Une semaine après la mise en retrait du numéro 2 de la France insoumise des instances du mouvement, Jean-Luc Mélenchon continue de faire face aux critiques sur sa gestion de l'affaire. À tel point que l'ancien candidat à l'élection présidentielle y est revenu lors de l'émission Quelle époque, diffusée sur France 2 le 24 septembre. Sans faire de mea culpa, le chef de la France insoumise a déclaré "accepter les critiques"

"Tout le monde peut faire mieux, moi aussi", s'est justifié Jean-Luc Mélenchon. "Je comprends qu'on dise : 'Non, tu dois intervenir pour le montrer du doigt', mais je pense que c'est une erreur. Il n'y avait même pas d'enquête, elle dit : 'Je ne veux pas qu'on parle de moi', tout le monde s'en fout de ce qu'elle dit, pas moi", a-t-il ajouté. 

Le tweet de Jean-Luc Mélenchon où il dénonçait "la malveillance policière, le voyeurisme médiatique, les réseaux sociaux" et saluait la "dignité" et le "courage" d'Adrien Quatennens ont affaibli politiquement ce dernier. L'indignation a dépassé la sphère politique. 

Une cote de popularité en baisse

Dans le baromètre Odoxa, réalisé pour Public Sénat et LCP-Assemblée nationale et publié ce 27 septembre, Jean-Luc Mélenchon est la personnalité politique dont la cote de popularité a le plus reculé en septembre. 22% des personnes interrogées indiquent le soutenir ou éprouver de la sympathie à son égard. Cela représente une baisse de 6 points par rapport à la précédente vague

53% des Français expriment un rejet vis-à-vis du chef de la France insoumise. Soit 1 point supplémentaire en un mois. À noter que le recul de la cote de popularité de Jean-Luc Mélenchon est plus important que celui d’Adrien Quatennens. Sa cote de popularité perd 4 points, comme l'indique Odoxa, pour tomber à 9%.

"Erreur politique", "solidarité masculine et viriliste"

Jean-Luc Mélenchon a déclenché une vague de contestation tant au sein de la France insoumise, qu'auprès de ses partenaires de la Nupes. Invité du Grand Jury RTL, Le Figaro, LCIYannick Jadot a estimé que son rival lors de la dernière présidentielle avait fait "une erreur politique"

"La France insoumise gère leur affaire de mauvaise manière" avec "un certain nombre de dirigeants qui ont plutôt joué la solidarité masculine et viriliste que la protection des femmes", a dénoncé le député européen écologiste. "L'expression de Jean-Luc Mélenchon n'aide pas au combat contre les violences sexistes et sexuelles, pour l'égalité des femmes et des hommes", a-t-il ajouté.

De son côté, le patron du PCF Fabien Roussel a appelé les partis politiques à réfléchir ensemble à un "cadre de règles" en interne pour traiter les violences faites aux femmes. Sur ce sujet, "il y a un vide, chacun prend son propre dispositif de lutte contre les violences dans son parti, je propose que nous en discutions ensemble, entre dirigeants politiques de gauche, de droite, nous sommes tous confrontés à ça", a-t-il proposé sur BFMTV.

J'espère que cela signe la fin politique de Mélenchon

Un député macroniste

Quatre membres de la "Relève féministe", le collectif constitué spontanément avec l'affaire Quatennens et qui a contribué au retrait de Julien Bayou de la co-présidence des députés verts estiment que Jean-Luc Mélenchon est "grillé" "et ne peut plus représenter les féministes". A l'AFP, elles évoquent aussi un "ras-le-bol collectif". 
Du côté de ses adversaires politiques, Renaissance observe ce qu'elle qualifie comme étant "la chute de l'Insoumis". "J'espère que cela signe la fin politique de Mélenchon", lance un député macroniste. "Il y a des faits établis et reconnus par l'agresseur lui-même. Et on a eu un déferlement de soutien envers celui qui a reconnu être coupable. Au sein de LFI, ils se sont tous succédé pour sauver la machine", s'est-il indigné.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.