1. Accueil
  2. Actu
  3. Météo
  4. Vague de froid : voilà pourquoi certains sont en t-shirt alors que vous grelottez
2 min de lecture

Vague de froid : voilà pourquoi certains sont en t-shirt alors que vous grelottez

Alors que les températures baissent, tout le monde ne parait pas égal sur le plan de la résistance au froid. Voici pourquoi.

Un thermomètre (illustration)
Un thermomètre (illustration)
Crédit : AFP
Vague de froid : voilà pourquoi certains sont en t-shirt alors que vous grelottez
00:03:17
Cyprien Cini - édité par William Vuillez

Ça y est, le froid s'installe, ça ne vous aura pas échappé. Et vous l'avez peut-être remarqué si vous voyagez dans les pays du Nord ou si vous connaissez des Anglais, des Russes ou même des Danois, visiblement, nous n'avons pas tous le même rapport au froid. À Londres, quand il fait zéro degré, certains sont en t-shirt et en tongs. Alors, au-delà du simple folklore, RTL a voulu comprendre et expliquer le phénomène : dans notre perception du froid, y a-t-il une différence physiologique ou génétique entre les humains ? Peut-on s'entraîner à résister au froid ? 

Selon Évelyne Heyer, professeure d'anthropologie génétique au Muséum National d'histoire naturelle, qui a notamment écrit La vie secrète des gènes, pas de mystère, oui, certains humains sont plus armés que d'autres pour combattre le froid. "Une étude génétique s'est posée la question, comment font les Inuits pour supporter le froid ? Ils ont trouvé que les Inuits avaient des formes de gènes différents d'autres populations humaines. Un gène qui a son nom à lui, TBX15, et qui serait impliqué dans la fabrication de graisse brune", dit-elle.  

Les Inuits ont donc ce gène et pour les Anglais ou les Russes, ils l'ont "un petit peu. On le voit un petit peu quand même dans le nord de l'Europe", explique la spécialiste. Ce gène hérité de la préhistoire permet donc de mieux résister au froid.  

La corpulence joue aussi un rôle

C'est cette graisse brune qui est décisive pour se protéger du froid. "C'est une espèce de graisse qui permet de transformer du gras en chaleur. Quand on est habitué au froid, on en a un peu plus que quand on n'est pas habitué au froid. On en a naturellement quand on est nouveau-né parce qu'on sort du ventre à 37 degrés et on arrive dans un environnement où il ne fait pas 37 degrés. Les nouveaux-né sont recouverts de graisse brune. On en perd après, au fur et à mesure qu'on grandit. Mais quand on est adulte, il y en a qui en ont plus ou moins", explique Évelyne Heyer. 

À lire aussi

Cette graisse brune, quand on est Marseillais ou Italien, on ne peut pas en fabriquer. Ça dépend du patrimoine génétique et l'environnement de chacun. En revanche, il y a autre chose qui joue, c'est la corpulence. "La chaleur que vous produisez dans votre corps est proportionnelle à la masse de votre corps, alors que la chaleur que vous perdez est proportionnelle à la surface de la peau. Et dans ce cas-là, il vaut mieux être, entre guillemets, plutôt trapu, rond, pour garder le mieux la chaleur. En gros, il vaut mieux être un mammouth qu'une girafe", dit la spécialiste. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire