2 min de lecture Haute-saône

Haute-Saône : la chapelle de Ronchamp, l’un des chefs-d’œuvre de l’architecture moderne

REPORTAGE - Construite par Le Corbusier en 1955, la chapelle Ronchamp est en travaux pour la première fois de son histoire jusqu'en 2024.

Micro générique Switch 245x300 Vous êtes comme ça La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Rénovation de la chapelle de Ronchamp signée Le Corbusier Crédit Image : Yannick Olland | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Yannick Olland

C’est une petite chapelle qui attire les visiteurs du monde entier sur une colline de Haute-Saône : la chapelle de Ronchamp, l’un des chefs-d’œuvre de l’architecture moderne. Elle a été construite par Le Corbusier en 1955, patrimoine mondial de l’humanité. 

Mais, le bâtiment a souffert, des fissures sont apparues. Pour redonner son éclat d’origine à la chapelle, des travaux de restauration ont commencé, ils dureront jusqu’en 2024. C’est la première fois depuis 1955 que l’on va vraiment toucher à cette création de Le Corbusier. Cette chapelle blanche, aux formes libres, tout en courbures, avec cette vue à 360° sur les Vosges et la Franche-Comté mais qui a de plus en plus à résister aux assauts des intempéries. "Ce qui touche beaucoup les gens qui viennent ici, c'est les fissures sur la façade sud. Elle est voilée comme une voile de bateau et donc on sent bien qu'il y a forcément des tensions, elle bouge (...) La structure est saine", explique Jean-Jacques Virot le président de l’association Notre-Dame du Haut.

C’est l’équipe d’Alain Albizatti qui va se charger de redonner à la chapelle sa splendeur d’antan : "Beaucoup d'humilité, beaucoup de respect à la fois sur l'architecture, mais beaucoup de respect aussi par rapport à ses maçons qui ont travaillé avec les moyens d'avant qui ne sont pas ceux d'aujourd'hui et qui ont fait un travail extraordinaire". 

Le chantier est bien différent

Un travail extraordinaire dont il ne reste plus beaucoup de témoins aujourd’hui. Il faut rendre visite à Martial Grosjean, 90 ans et sa femme Odette, qui se souviennent encore du chantier. C’est lui qui était chargé d’apporter tous les matériaux de construction avec son petit camion, le seul à passer sur cette route de montagne. "J'ai ramené tout ce qui a servi à la chapelle" explique Martial. "C'était quand même quelque chose de charger les camions à la pelle. Bien souvent le camion ne voulait pas monter et il fallait enlever quelques pelletés", se souvient Odette. 

À lire aussi
international
Brésil : bientôt une statue du Christ plus haute que celle de Rio

Aujourd’hui, le chantier est bien différent. C’est par drone que l’ensemble de la chapelle a été ausculté, mais pour les ouvriers qui posent la main sur ce monument, comme Mohammed Ben Hadjila, c’est toujours la même émotion, 66 ans après. "C'est un lieu magique, un lieu on peut le dire saint et je suis enchanté de travailler sur un site comme ça", confie-t-il. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Haute-saône Architecture
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants