2 min de lecture Reportage

Bayonne : Otsokop, le supermarché où les clients travaillent aussi dans les rayons

REPORTAGE - Le supermarché coopératif rencontre un franc succès avec 390 familles coopératrices, à tel point qu'un deuxième magasin va bientôt voir le jour.

Micro générique Switch 245x300 Vous êtes comme ça La rédaction de RTL iTunes RSS
>
Le supermarché où les employés sont les clients Crédit Image : RTL / Philippe De Maria | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe De Maria édité par Florine Boukhelifa

À Bayonne, une coopérative pas comme les autres a ouvert ses portes à RTL. Chez Otsokop, "louve" en basque, les clients travaillent aussi dans les rayons. Les fondateurs se sont inspirés qu'un supermarché coopératif de la région parisienne, qui s'était lui-même inspiré d'un modèle américain. "On s'est dit qu'on allait réunir des gens à petite dimension pour faire des achats groupés, avec l'objectif, plus tard, d'ouvrir un supermarché", se souvient le président Christian Labatsuzan.

Aux débuts du projet, en 2015, "on a fait ça dans un garage, après on est passé dans un petit entrepôt, puis d'un petit magasin, on est passé à quelque chose de plus grand". Avec désormais 280m2, les locaux sont beaucoup plus importants. Ce matin-là, deux coopératrices sont à la réception des marchandises. "Je fais mon service pour mes trois heures mensuels", indique Agnès, chargée de la mise en rayon.

Pour mériter son titre de coopérateur, il faut travailler gratuitement quelques heures par mois. "Je fais le même service le mercredi une fois par mois pendant trois heures, ça fait partie du contrat", explique Brigitte, la binôme d'Agnès. Pour la retraitée, ce projet "était une manière de rencontrer du monde et de faire quelque chose d'utile".

Des prix compétitifs pour les adhérents coopérateurs

Pour faire tourner quotidiennement un supermarché avec des bénévoles, il faut du monde. Otsokop est forte de 390 familles détentrices d'une part à 100 euros, 10 euros pour les personnes en difficulté. Seuls les coopérateurs ont accès au magasin, mais ils peuvent inviter du monde à faire leurs courses avec eux.

À lire aussi
santé
Les infos de 6h - Coronavirus : Monoprix propose des téléconsultations en magasin

Avec seulement deux équivalents temps pleins salariés, les prix sont serrés. Guillaume Oui, le directeur, prend l'exemple d'un paquet de spaghettis : "dans une enseigne nationale spécialisée bio, on pourrait trouver quelque chose d'équivalent à 1,30 euros le paquet de 500 grammes, chez nous il est à 0,91 euros. Multiplié par beaucoup de produits, cela fait quand même quelque chose d'assez intéressant sur le panier".
 
Forte de son succès, la prochaine étape d'Otsokop est l'ouverture d'un supermarché de 800m2, toujours à Bayonne. Pour le faire fonctionner, il va falloir recruter de nouveaux coopérateurs. Parmi eux se trouvera Julia, venue faire un tour dans le magasin pour adhérer. La jeune femme a découvert l'initiative il y a plusieurs années au forum des associations. "Je trouve le mode participatif génial parce que c'est vraiment une communauté d'entraide (...) j'ai envie de donner de mon temps, participer à quelque chose qui se construit, qui se met en place", affirme-t-elle.

Autre objectif affiché par Otsokop : atteindre les 1000 adhérents coopérateurs et créer dix emplois à Bayonne.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Reportage Bayonne Pays basque
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants