1 min de lecture Maltraitance

Violences dans un Ehpad à Arcueil : un aide-soignant déjà condamné, de nouveau jugé

Après avoir été condamné pour avoir violenté une retraitée, un aide-soignant d'un Ehpad d'Arcueil a de nouveau été jugé ce vendredi 20 octobre pour maltraitance sur un autre résident de l'établissement.

Thomas Sotto RTL Soir Thomas Sotto iTunes RSS
>
Violences dans un Ehpad a Arcueil : un aide-soignant de nouveau jugé Crédit Image : PHILIPPE HUGUEN / AFP | Crédit Média : Anne Le Hénaff | Durée : | Date : La page de l'émission
Anne Le Henaff
Anne Le Henaff édité par Sarah Belien

Il avait déjà été condamné pour avoir violenté une vieille dame. Un aide-soignant d'un Ehpad d'Arcueil a de nouveau été jugé ce vendredi 20 octobre pour maltraitance sur un autre résident de l'établissement. L'homme est aujourd'hui décédé. Il avait lui aussi témoigné des traitements qui lui avait été infligés par le quinquagénaire. Des actes qui ont eu lieu dans le huis clos de la nuit.

Michel, qui souffrait de la maladie de Parkinson, pleurait chaque soir lorsque sa femme ou ses filles partaient. Aux policiers, il a parlé de cet homme, Albert, qui le laissait parfois deux heures par terre lorsqu'il tombait, qui le jetait dans son lit comme un sac de patates, ou qui le menaçait de le tabasser lorsqu'il le dérangeait.

C'est sa fille, Catherine, qui vient à la barre parler au nom de son père. "On ne l'a pas cru, on a douté. Il a arrêté de nous parler. On n'a pas pu su le protéger. On attend ce procès pour terminer notre deuil". L'ancien aide-soignant, quant à lui, nie tout. "On était très proches. Je suis étonné qu'il parle de moi comme ça". Puis d'un coup, à la toute fin du procès, l'aide-soignant se tourne et présente ses excuses à la fille de Michel.

"Ce n'est pas ses excuses qu'on voulait"

Catherine ne souhaitait pas d'excuses de la part de l'aide-soignant. "Cela m'a fait mal. Parce que d'une part, ses excuses ne sont pas du tout honnêtes. Il vient dire qu'il a toujours entretenu d'excellents rapports avec mon papa, donc il vient s'excuser de quoi ? Et puis ses excuses, on n'en veut pas. C'est pas ses excuses qu'on voulait, mais son professionnalisme, sa déontologie, son humanité. Il n'est pas du tout crédible" plaide Catherine.

À lire aussi
La salle des Assises au palais de justice de Saint-Omer, dans le Pas-de-Calais. justice
Mort de Yanis, 5 ans : l'accusation requiert 28 ans contre son beau-père

Le tribunal rendra son jugement le 20 janvier prochain. À cette date, Albert sera libre grâce aux remises de peine. Il devrait sortir de prison dans trois semaines.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Maltraitance Val-de-Marne Hôpitaux
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants