1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Une cellule spécialisée pour suivre les condamnés pour terrorisme sortis de prison
1 min de lecture

Une cellule spécialisée pour suivre les condamnés pour terrorisme sortis de prison

ÉCLAIRAGE - Une cinquantaine de condamnés pour terrorisme, sur le point d'être libérés cette année ou l'an prochain, vont être suivis par une cellule spécialisée au sein du ministère de l'Intérieur.

Une vue du quartier spécial "destiné a des détenus concernés par le terrorisme islamiste, hors individus les plus radicaux" à la prison de Lille-Annoeullin
Une vue du quartier spécial "destiné a des détenus concernés par le terrorisme islamiste, hors individus les plus radicaux" à la prison de Lille-Annoeullin
Crédit : Sarah ALCALAY/SIPA
Terrorisme : une cellule spécialisée pour suivre les les condamnés pour terrorisme
00:01:15
Thomas Prouteau

Les personnes condamnées pour des faits de terrorisme sortant de prison seront bientôt tenus à l’œil. Une cellule spécialisée du ministère de l'Intérieur va désormais les suivre. Ils sont environ une cinquantaine, condamnés pour terrorisme mais sur le point d'être libérés cette année ou l'an prochain. C'est le Procureur de Paris, François Molins, qui avait évoqué ce "risque majeur" en réclamant une meilleure communication entre les services pour prévenir la récidive. 

La cellule spécialisée sera hébergée au sein de l'Unité de coordination de la lutte anti-terroriste, l'UCLAT. Son objectif : suivre sur le long terme les condamnés pour terrorisme qui vont retrouver la liberté. Les premières réunions ont eu lieu en mai au ministère de l’Intérieur, la cellule sera opérationnelle d'ici quelques semaines.

Ne pas perdre la trace des anciens détenus

Autour de la table, les principaux services de renseignement, avec au premier rang, le renseignement pénitentiaire. C'est ce service qui préviendra en amont de chaque sortie à venir et qui fournira un profil, une évaluation de la dangerosité basée sur les observations, et le comportement en détention.

En fonction du degré de radicalisation, le prisonnier sera attribué à un service : la DGSI, le conte terrorisme, pour les détenus à risque, le renseignement territorial pour les autres. L'ambition affichée est de ne pas perdre la trace de ces anciens détenus en lien avec le terrorisme, et de suivre leur réinsertion dans la société. D'ici 2020 une centaine devrait sortir de prison, tandis qu'une quinzaine a déjà retrouvé la liberté.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire