2 min de lecture Faits divers

Le chef indien d'Amazonie porté disparu est sain et sauf

Défenseur de la forêt amazonienne, le Brésilien Almir Narayamoga Surui ne s'était pas rendu à Dijon à l'invitation du Medef, suscitant l'inquiétude à cause des menaces dont il est l'objet.

Almir Narayamoga Surui à Paris, len août 2019.
Almir Narayamoga Surui à Paris, len août 2019. Crédit : Eric PIERMONT / AFP
Charles Deluermoz

Invité aux vœux du Medef à Dijon ce mardi 21 janvier 2020, le Brésilien Almir Narayamoga Surui devait atterrir la veille à l'aéroport de Paris-Charles de Gaulle. Mais il n'est jamais apparu, provoquant l'inquiétude de ses hôtes. 

Le Medef Côte-d'Or, cité par France 3 Bourgogne Franche Comté, indiquait alors que "le chef indien n'a pas donné de nouvelles à son entourage et à ses collaborateurs depuis samedi 18 janvier". L’organisation précisait aussi que son "inquiétude est renforcée du fait de la menace qui pesait sur lui, sa tête ayant été mise à prix en raison de son combat contre la déforestation illégale".

Le Medef précise que l'activiste indien avait "décidé de ne plus se protéger en signe de protestation, estimant que ce devait être au gouvernement brésilien de prendre ses responsabilités." 

Mais mardi à 17 heures, le soulagement est arrivé via une confirmation qu'Almir Narayamoga Surui va bien. "Je n’ai pas pu entrer en contact avec lui, mais ses employés me disent qu’il va bien, qu’il est vivant", a ainsi confirmé Thomas Pizer, de l'association Aquaverde qui soutient l'action du chef indien, relaie France 3 régions

À lire aussi
Deux policiers de la brigade fluviale de la préfecture de police de Paris sur la Seine (illustrationn). faits divers
Corps dans la Seine : l'homme retrouvé dans un tonneau était un Pakistanais de 30 ans

"Il est sur sa terre indigène. Il est possible qu’il y ait eu un problème de sécurité. Almir est menacé depuis 2006 pour son combat pour sauver la forêt amazonienne. Ces menaces se sont intensifiées depuis la fin d’année. Il aurait pu être poursuivi sur la route entre la terre indigène et la ville la plus proche", rappelle Thomas Pizer pour expliquer son absence en Bourgogne.

Diplômé en biologie, Almir Narayamoga Surui est l'un des activistes les plus réputés d'Amérique du Sud. Engagé dans la défense des ses terres ancestrales, il a reçu à Genève le prix des Droits de l'Homme en 2008.

En mai 2019, il avait été invité à prendre la parole devant l'Assemblée nationale par l'ancien secrétaire d'Etat au numérique, Mounir Majoubi. Le chef indien avait alors alerté les députés sur les dangers de la déforestation massive en Amazonie depuis l'élection de Jair Bolsonaro au Brésil.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Côte-d'Or Disparition
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants