2 min de lecture Police scientifique

"Cold case" : "Ce qui est possible aujourd'hui ne l'était pas en 2000", selon un expert

INVITÉ RTL - Laurent Pene, expert ADN du Service central de la police technique et scientifique, estime que l'expert va rendre "une évaluation purement statistique" et qu'on n'est donc "absolument pas sur du 100%".

Yves Calvi_ 6 Minutes pour Trancher Yves Calvi iTunes RSS
>
"Cold case" : "Ce qui est possible aujourd'hui ne l'était pas en 2000", selon un expert Crédit Image : ALAIN JULIEN / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Calvi-245x300
Yves Calvi édité par Sarah Ugolini

Des nouvelles traces d'ADN ont été découvertes sur un matelas saisi en 2003 dans l'ancienne maison de la sœur de Michel Fourniret. Elles vont être comparées à celles d'une trentaine de jeunes filles, dont la disparition ou la mort sont restées inexpliquées. C'est ce qu'on appelle des "cold case" dans le jargon policier.

Pour faire parler l'ADN, tout "va dépendre de la conservation du support", explique ce jeudi 24 septembre sur RTL Laurent Pene, expert ADN du Service central de la police technique et scientifique. Le matelas doit par exemple "être stocké à l'abri de l'humidité". La matière est aussi importante car "le tissu protège la trace" puisque "les traces d'ADN vont être enchâssées" dans la matière. "Vous pouvez avoir des traces exploitables 15, 20, 30 ans après leur dépôt sur le support", assure l'expert. 

Le travail de scientifique est en permanence en aller-retour avec le travail d'enquête. "Pour rechercher de façon si exhaustive des traces, il faut avoir des bonnes informations pour être sûr que ce support est très très important", explique Laurent Lene. Il assure que "dans une enquête criminelle, on peut avoir 100, 300, 400 pièces à conviction". Sur le plan scientifique, "ce qui est possible aujourd'hui en 2020 ne l'était pas au début des années 2000". En effet selon l'expert, "les réactifs sont beaucoup plus importants et la partie interprétation des résultats a également énormément évolué". 

Le scientifique ne sera jamais dans l'affirmation totale

Laurent Pene, expert ADN du Service central de la police technique et scientifique, sur RTL.
Partager la citation

Malgré tout, le résultat que l'expert va rendre est "une évaluation purement statistique et on n'est absolument pas sur du 100%". Selon l'expert ADN du Service central de la police technique et scientifique, "le scientifique ne sera jamais dans l'affirmation totale de la présence, il va estimer un degré de confiance dans la conclusion qu'il apporte dans son rapport". 

À lire aussi
La section "écritures" de la police technique et scientifique (illustration) police scientifique
Police scientifique : comment l'écriture est utilisée pour confondre les criminels

Il y a malgré tout selon lui des espoirs de progrès avec les "techniques autour du séquençage nouvelle génération". "On est dans l'objectif de dessiner un portrait robot génétique des gens qui laissent des traces sur les supports", assure Laurent Pene. 

Un espoir pour la famille de Marion Wagon

Dans ce type de dossiers criminels anciens non-résolus, l'enjeu est immense pour els famille de victimes disparues. C'est par exemple le cas de celle de Marion Wagon, 11 ans, disparue sur le chemin de l'école à Agen en 1996, et jamais retrouvée. "Il y a une espérance" avec cette découverte d'ADN, a confié Me Catala, l'avocat de ses parents, à La Dépêche du Midi. Il y a chaque année en France plusieurs dizaines d'affaires criminelles non-élucidées. Selon un commissaire spécialisé, on estime qu'il y a entre 300 et 400 "cold case" actifs en France. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Police scientifique Michel Fourniret ADN
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants