3 min de lecture Justice

Tariq Ramadan : une expertise produite par l'islamologue contredit l'une des plaignantes

INFO RTL - La défense de l’islamologue suisse, mis en examen pour deux viols, a versé au dossier trois expertises de reconnaissance faciale. Consultées par RTL, elles visent à établir que l’une des plaignantes a menti sur son emploi du temps le soir des faits.

L'islamologue et théologien Tariq Ramadan
L'islamologue et théologien Tariq Ramadan Crédit : Michel Spingler/AP/SIPA
Thomas Prouteau et Marie Sasin

Cela fait plusieurs mois que les avocats du prédicateur suisse soulèvent l’argument auprès des juges d’instruction : selon eux "Christelle", la deuxième femme à avoir porté plainte pour viol, pourrait avoir largement menti sur son emploi du temps le soir du viol présumé.

Selon cette version, la plaignante aurait en effet assisté à la conférence de Tariq Ramadan le soir du 9 octobre 2009. Soit au moment même où elle explique aux juges avoir été séquestrée dans sa chambre hôtel, privée de ses vêtements, après avoir été violée par l’islamologue.
 
À l’appui de cette thèse, une photo du public prise le soir de la conférence et sur laquelle la défense de Tariq Ramadan estime reconnaître la plaignante. Quand bien même celle-ci a toujours affirmé qu’elle portait le voile à cette époque, ce qui n’est pas le cas de la femme désignée. Et quand bien même la résolution est mauvaise et l’échelle réduite.

Les avocats du mis en examen, qui possèdent par ailleurs un lot de photos de "Christelle", ont donc décidé de saisir trois cabinets d’experts de la reconnaissance faciale pour tester la comparaison. 

La plaignante apparaît avec une fiabilité de 75%

À lire aussi
Jérôme Cahuzac, le 15 mai 2018 justice
Jérôme Cahuzac autorisé à exercer la médecine générale par l'Ordre des médecins

Ce sont ces résultats qui ont été versés au dossier aujourd’hui selon nos informations. Or l'une de ces expertises conclut que c'est bien "Christelle" qui apparaît sur la photo du public, avec une fiabilité de 75%. "Nous estimons que la personne dans le public est l’individu recherché", écrit l’expert de Rfusion, une société britannique spécialisée dans la reconnaissance faciale qui utilise une technologie logiciel élaborée.

Les deux autres expertises, qui utilisent pour leur part une technologie principalement basée sur des comparaisons morphologiques, sont moins affirmatives : elles concluent toutes les deux à un "appui modéré" à l’hypothèse qu’il s’agit bien de la même personne, ce qui signifie que cela ne peut être ni démontré ni infirmé. Mais elles soulignent également que c’est principalement la qualité de la photo du public qui empêche de conclure.

L'avocat de Tariq Ramadan demande l'abandon des charges

Emmanuel Marsigny, l’avocat de Tariq Ramadan, balaye d’une main l’absence de conclusion tranchée de deux des trois expertises. "C’est l’expertise basée sur le logiciel de reconnaissance faciale qui est la plus importante". Et de lancer une nouvelle salve contre "Christelle", déjà accusée à de plusieurs reprises de mensonges.

"L’expertise établit que la partie civile se prétendait séquestrée dans une chambre alors qu’elle était à la conférence, c’est une preuve indiscutable que la partie civile ment". L’avocat estime donc qu’il s’agit d’un "tournant" et va solliciter jeudi 13 décembre la chambre de l’instruction, qui doit examiner en appel sa demande de démise en examen de Tariq Ramadan, d’abandonner les charges contre son client.

Cette demande de démise en examen avait été rejetée cet été par les juges d’instruction.

Tariq Ramandan est toujours sous contrôle judiciaire

Une expertise accueillie avec scepticisme par la partie civile, qui souligne que les trois sociétés d’experts choisies par la défense de Tariq Ramadan sont britanniques, alors que les juges d’instructions eux-mêmes ont fait la même demande d’expertise sur la photo de la conférence, attendue d’ici quelques semaines.

L’avocat de la plaignante, Éric Morain, s’interroge : "Faut-il avoir si peur de l'expertise judiciaire en cours sur cette même question auprès d'experts agréés et indépendants pour aller solliciter des sociétés commerciales privées et étrangère ?" Et d’afficher une certaine sérénité : "Quant à moi on me dit souvent que je ressemble à 75% à Tom Cruise, poursuit Maître Morain à RTL, c'est dire".

Tariq Ramadan a quitté la prison de Fresnes le 16 novembre contre le versement d’une caution de 300.000 euros. Toujours sous contrôle judiciaire il est mis en examen pour "viol" et "viol sur personne vulnérable".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Tariq Ramadan Mise en examen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795903416
Tariq Ramadan : une expertise produite par l'islamologue contredit l'une des plaignantes
Tariq Ramadan : une expertise produite par l'islamologue contredit l'une des plaignantes
INFO RTL - La défense de l’islamologue suisse, mis en examen pour deux viols, a versé au dossier trois expertises de reconnaissance faciale. Consultées par RTL, elles visent à établir que l’une des plaignantes a menti sur son emploi du temps le soir des faits.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/tariq-ramadan-une-expertise-produite-par-l-islamologue-contredit-l-une-des-plaignantes-7795903416
2018-12-13 06:49:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/gazsn-1DsunK1BLa3quahw/330v220-2/online/image/2018/0215/7792279385_l-islamologue-et-theologien-tariq-ramadan.jpg