2 min de lecture Terrorisme

Sortie de prison du premier jihadiste condamné : une liberté très surveillée

Flavien Moreau vient de passer 7 ans en détention. Arrêté et condamné à son retour de Syrie, il est désormais dehors, mais reste considéré comme dangereux. Les autorités doivent gérer un suivi compliqué.

Calvi-245x300 RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Sortie de prison du premier jihadiste condamné : une liberté très surveillée Crédit Image : GUILLAUME SOUVANT / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Thomas Prouteau édité par Esther Serrajordia

C'est une sortie de prison qui, au minimum, interpelle. Lundi 13 janvier, la justice a décidé de libérer Flavien Moreau. À 33 ans, ce jihadiste vient de passer sept ans en détention. Il était le premier français condamné à son retour de Syrie en 2013, et alors qu'il était sur le point d'y retourner. 

Certes il a purgé sa peine et comme n'importe quel détenu, il est en droit aujourd'hui de retrouver la liberté. Mais reste évidemment la question de son degré de radicalisation. Flavien Moreau se serait converti à l'islam en 2008 autour de ses vingt ans. Enfant adopté, né en Corée du Sud et accueilli à l'âge de deux ans par une famille nantaise, il multiplie dès sa majorité les séjours en prison. Vol, outrage, menace, il a le profil du petit délinquant qui se radicalise derrière les barreaux.

En 2012, au tout début de la vague de radicalisation des jihadistes français, il rejoint un groupe combattant en Syrie pour deux petites semaines. Il rentre et tente à quatre reprises de retourner au jihad, sans succès, de façon chaotique. 

Toute la difficulté c'est de savoir si derrière ces regrets ils ont perdu leurs convictions de jihadistes

François Molins, ancien procureur de Paris
Partager la citation

Il est finalement interpellé en Turquie en 2013. Lors de son procès, il affirmera qu'il voulait uniquement faire de l'humanitaire. Une version que le tribunal n'a pas cru un instant

À lire aussi
Des soldats français de l'opération Barkhane au Mali, le 2 janvier 2015. intervention française au Mali
Mali : plus de 30 jihadistes "mis hors de combat" par l’état-major français

À ce propos François Molins, l'ancien procureur de Paris, longtemps visage de l'anti-terrorisme, évoquait sur RTL il y a deux ans ces fameux "revenants". Ces repentis dont il était compliqué de jauger la sincérité. 

"Ils disent avoir compris, avoir perdu leurs illusions et revenir chez eux, comme ils disent. Toute la difficulté derrière ce discours, c'est de savoir si derrière ces regrets, est-ce qu'ils ont gardé ou est-ce qu'ils ont perdu leurs convictions de jihadistes. C'est difficile de faire la part des choses entre ceux qui ont compris et qui veulent se réinsérer et ceux qui ont gardé leurs convictions", explique-t-il. 

Flavien Moreau, lui, est toujours considéré comme dangereux... Les autorités vont pouvoir, à présent, assurer un double suivi.

Un suivi judiciaire et administratif

Il est placé sous surveillance judiciaire. Une mesure spéciale ordonnée par les magistrats lorsqu'un détenu en fin de peine est considéré comme toujours dangereux. C'est le cas de Flavien Moreau qui a notamment menacé des surveillants pénitentiaires en 2018. Il a désormais l'obligation de résider à un endroit précis, il doit prévenir de tout changement, il doit également répondre à toutes ses convocations judiciaires et suivre des soins psychiatrique. Enfin, il a l'interdiction de voyager à l'étranger. 

Tout manquement peut le renvoyer en prison. Seulement la durée de la mesure est limitée aux remises de peine dont il a pu bénéficier. Dans le cas de Flavien Moreau, c'est 11 mois et 18 jours

À ce suivi judiciaire s'ajoute un suivi administratif décidé par le ministère de l'Intérieur. Flavien Moreau est soumis à une mesure d'assignation à résidence. Il a l'interdiction de quitter sa commune de résidence et doit pointer chaque jour à la gendarmerie. Une mesure qui, là encore, peut durer un an au maximum. 

Après, la surveillance prendra fin. Ce sont alors les services de renseignement qui prendront le relais à plein temps. Un défi pour le ministère de l'Intérieur car les anciens jihadistes sont déjà plusieurs dizaines à être sortis de prison.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Jihad Justice
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants