1 min de lecture Syrie

Daesh : "Nous voulons rentrer chez nous", affirme un jihadiste détenu en Syrie

REPORTAGE - Des centaines de jihadistes européens sont aux mains des forces kurdes, dont plusieurs Français. Dans la prison syrienne d’Hasakeh, où 5.000 combattants sont détenus, leur sort représente un véritable casse-tête.

>
Daesh : "Nous voulons rentrer chez nous", affirme un jihadiste détenu en Syrie Crédit Image : FADEL SENNA / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
Correspondants RTL à l'étranger Journalistes RTL

Que faire des milliers de membres du groupe État islamique actuellement détenus dans le nord-est de la Syrie ? Des centaines de jihadistes européens sont aux mains des forces kurdes, dont plusieurs Français. 

Ces prisonniers sont détenus dans une région de plus en plus volatile depuis l’offensive turc débutée en octobre, le retrait partiel des Américains, et la mort du général iranien Soleimani. Autant d'événements qui risquent de compromettre les opérations contre l’organisation terroriste. Les tentatives d’évasions se multiplient, et certains détenus ont déjà pu s’échapper. 

L'envoyé spécial de RTL en Syrie, Wilson Fache, s’est rendu dans la prison d'Hasakeh où 5.000 djihadistes sont détenus. Une porte cadenassée, puis une seconde. Le dernier verrou s’ouvre enfin : des centaines de prisonniers habillés de combinaisons oranges, comme à Guantanamo. 

Nous avons peur de rester en Syrie pour toujours

Adel Mezroui, combattant belge de 23 ans
Partager la citation

Adel Mezroui est un combattant belge de 23 ans. "Nous avons peur de rester en Syrie pour toujours et de ne plus jamais revoir nos familles. Nous avons vu la guerre, nous avons été blessés, maintenant nous voulons rentrer chez nous. Nous sommes ici depuis dix mois et nous n’avons aucune idée de ce qu'il va nous arriver."

À lire aussi
Un camp de réfugiés en Syrie (illustration) Syrie
La France a rapatrié dix enfants de jihadistes français de Syrie

Les forces kurdes de Syrie se retrouvent avec la lourde tâche de devoir garder en captivité des milliers de jihadistes du groupe État islamique, or la situation dans la région est de plus en plus instable. Les tentatives d’évasions se multiplient.  

Daesh existe toujours

Robar, directeur de la prison d’Hassakeh
Partager la citation

"Parfois, des cellules dormantes de Daesh rodent autour de la prison et tirent des coups de feu. Ils veulent envoyer un message aux prisonniers, leur dire que Daesh existe toujours. Il n’y a pas eu d’attaque majeure ici, mais il y a eu une explosion dans une autre prison", explique Robar, directeur de la prison d’Hassakeh. 

La question des jihadistes emprisonnés en Syrie est devenue un véritable casse-tête, et pour le moment personne ne semble avoir de solution.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Syrie Daesh Prisonniers islamistes
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants