3 min de lecture Terrorisme

Salah Abdeslam décrit comme un "sale gars sans conviction" par un jihadiste

"L'Express" a eu accès aux auditions d'un jihadiste revenant qui, devant les juges, s'en prend à l'image très radicalisée que Salah Abdeslam soigne depuis sa mise en détention.

Salah Abdeslam lundi 5 février 2018 à Bruxelles pour l'ouverture de son procès et celui de Sofien Ayari
Salah Abdeslam lundi 5 février 2018 à Bruxelles pour l'ouverture de son procès et celui de Sofien Ayari Crédit : Benoit PEYRUCQ / AFP
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

S'est-il radicalisé en prison ou joue-t-il le rôle d'un jihadiste plus extrême qu'il ne l'est ? Salah Abdeslam serait loin d'être le modèle de l'islamiste parfait à en croire les multiples déclarations d'Ossama Krayem. Ce jihadiste parti en Syrie en 2014 a fréquenté pendant 5 mois les différentes planques belges de la cellule terroriste liée aux attentats du 13 novembre 2015 et ceux de Bruxelles en mars 2016. Il est aussi l'homme qui ne s'est pas fait exploser au dernier moment dans le métro belge. 

Mis en examen le 11 juin dernier en France pour complicité d'assassinats, de tentative d'assassinats et de séquestration, ce Suédois d'origine syrienne est rentré en France par le même chemin que deux membres des commandos des attentats de Paris et Saint-Denis en 2015, et a d'ailleurs, lui aussi, été récupéré par Salah Abdeslam

Depuis, il est passé plusieurs fois devant le juge d'instruction, et L'Express rapporte ce qu'il aurait confié au magistrat, notamment vis-à-vis du seul survivant parmi les assaillants des attaques terroristes. Il met en doute l'honnêteté et les convictions religieuses du fuyard. 

À lire aussi
Djamel Beghal au Palais de justice de Paris en octobre 2014 jihad
Djamel Beghal, mentor religieux des Kouachi et de Coulibaly, est sorti de prison

Il aurait renoncé à mourir en martyre

En commençant par la raison pour laquelle Salah Abdeslam n'a pas activé sa ceinture explosive, retrouvée plus tard dans une poubelle à Montrouge. Selon Ossama Krayem, "il était dans la voiture avec les autres qui se sont fait exploser au Stade de France. Il portait une ceinture d'explosifs dans le but de faire comme les autres, mais à la dernière minute il a renoncé", et insiste sur le renoncement du frère de Brahim Abdeslam, qui lui s'est fait sauter au Comptoir Voltaire. 

Pourtant, le jihadiste a assuré que c'est sa ceinture qui n'a pas explosé, une excuse confirmée par les analyses scientifiques de ladite ceinture selon lesquelles elle avait un double défaut : un câble abîmé à l’avant, et une perle d’allumage défectueuse à l’arrière.

Mais Ossama Krayem livre quelques explications sur ce revirement de dernière minute que lui aurait confié Salah Abdeslam : "Je crois que c'est le style de personne un peu manipulée. Il ne sait pas faire ses ablutions. Il fume. Il a été en boîte un mois avant [les attentats] avec son frère. Peut-être qu'il a été influencé ou manipulé par Abaaoud. Si je parle de la foi, de la doctrine, alors oui, peut-être qu'il voyait en Abaaoud quelque chose, une idole par exemple", rapporte encore L'Express. Sachant que l’idolâtrie est condamnée par Daesh.

Salah Abdeslam "pas digne de l'État islamique"

Le revenant qui ne cherche absolument pas à se faire passer pour un repenti lors de ses interrogatoires insiste sur la méconnaissance religieuse de Salah Abdeslam. Alors que ce dernier a déclaré devant les juges belges qu'il ne plaçait sa "confiance" qu'en son "seigneur Allah", Ossama Krayem raconte qu'il ne "savait pas faire ses ablutions avant sa prière" et qu'il "faisait les prières car nous les faisions". "C'est un pauvre gars", tranche-t-il.

À le croire, Salah Abdeslam ne serait pas un bon islamiste, cédant aux plaisirs terrestres. "Pour ma part, je m'y connais mieux que lui. Huit mois avant les attentats de Paris, Salah était en discothèque et il fumait. La différence entre Salah et moi, c'est que je ne voulais pas faire d'attentat et que Salah voulait se montrer capable", poursuit-il encore. Quelques jours après les attentats de Bruxelles, CNN dévoilait une vidéo des frères Abdeslam en train de fumer et danser dans une boîte de nuit bruxelloise. 

C'est un pauvre gars

Ossama Krayem à propos de Salah Abdeslam
Partager la citation

Un caractère festif confirmé par les déclarations de son ancienne copine auditionnée par les enquêteurs le 16 novembre 2015. Elle le décrit alors comme "un fêtard, qui s'amusait tous les week-end, fumait des pétards et sortait en boîte". Cette attitude, à quelques jours ou quelques mois des attentats, peut toutefois s'apparenter à une technique de dissimulation, dite taqîya et pratiquée par les jihadistes prêts à passer à l'action. 

Ossama Krayem en rajoute une couche : "Il n'est pas assez digne d'être à nos côtés, car il n'a pas de niveau de foi (sic). Si on gradue la foi sur une échelle de 10, il n'est même pas sur le premier échelon. Il n'avait pas sa place aux côtés d'une cellule de l'État islamique."

Récemment, Salah Abdeslam est sorti de son mutisme pour justifier les attentats commis sur le sol français : "Nous ne vous attaquons pas parce que vous mangez du porc, vous buvez du vin ou vous écoutez de la musique, mais les musulmans se défendent contre ceux qui les attaquent". Quant à l'enquête sur le 13 novembre 2015,les juges espèrent clore le dossier en septembre 2019.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Terrorisme Salah Abdeslam Attentats à Bruxelles
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7794078628
Salah Abdeslam décrit comme un "sale gars sans conviction" par un jihadiste
Salah Abdeslam décrit comme un "sale gars sans conviction" par un jihadiste
"L'Express" a eu accès aux auditions d'un jihadiste revenant qui, devant les juges, s'en prend à l'image très radicalisée que Salah Abdeslam soigne depuis sa mise en détention.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/salah-abdeslam-decrit-comme-un-sale-gars-sans-conviction-par-un-jihadiste-7794078628
2018-07-11 16:33:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/bXgVZeBbEBFNM4UUluwbrA/330v220-2/online/image/2018/0208/7792180879_salah-abdeslam-lundi-5-fevrier-2018-a-bruxelles-pour-l-ouverture-de-son-proces-et-celui-de-sofien-ayari.jpg