4 min de lecture Tirs dans un Thalys

Abdelhamid Abaaoud était-il derrière l'attentat déjoué du Thalys ?

"Le Monde" dévoile les aveux du terroriste présumé, Ayoub El Khazzani, qui avait tenté d'ouvrir le feu dans un Thalys en août 2015.

La police dans la gare de Arras au lendemain des tirs dans le Thalys, le 22 août
La police dans la gare de Arras au lendemain des tirs dans le Thalys, le 22 août Crédit : PHILIPPE HUGUEN / AFP
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

Ce n'était pas un "déséquilibré", un "loup solitaire"... Avec les aveux d'Ayoub El Khazzani, après des mois de silence devant la justice française, les contours de l'attaque manquée dans un Thalys à l'été 2015 se dessinent. Le Monde s'est procuré les procès verbaux de sa cinquième audition. Le journal raconte dans son édition du lundi 19 décembre, que l'assaillant du train reliant Bruxelles à Paris le 21 août 2015 s'est décidé à parler et à raconter les étapes de son parcours, jusqu'au jour J de l'attaque manquée grâce à l'intervention de soldats américains


Pourquoi ? Pour donner une "image de lui qui correspond", peut-on lire dans les colonnes du quotidien. "Je suis un vrai djihadiste, mais on ne massacre pas les femmes et les enfants. Je ne suis pas un massacreur. Je suis un noble combattant. Je suis un soldat", aurait-il expliqué devant les juges avant de raconter son parcours, de Syrie jusqu'à Bruxelles. Ce témoignage est d'autant plus précieux qu'il est le seul aussi expressif d'un terroriste lié à la cellule des attentats du 13 novembre à Paris. 


Le ressortissant marocain de 27 ans a d'abord séjourné en Syrie. Période qui n'aurait duré que 6 jours - dont 4 à manier les kalachnikov - selon le quotidien. Une période suffisante pour marquer son esprit. C'est la destruction d'une mosquée par des Américains qui lui restera en tête. Il raconte que sur place, un de ses accompagnateurs a remarqué son émotion face au bâtiment en ruines. C'est alors qu'il lui explique : "Je lui ai dit que j’étais prêt à mourir, qu’il devait me considérer comme un objet et qu’il pouvait faire de moi ce qu’il voulait." Le projet de frapper directement sur le territoire des Occidentaux est alors en élaboration. 

À lire aussi
Un cordon de sécurité de la police belge (illustration) Attentats à Paris
Attentats à Paris : un logisticien présumé, Mohamed Bakkali, mis en examen en France

Un donneur d'ordre : Abdelhamid Abaaoud

Bloqué en Turquie sur le chemin du retour, alors qu'on lui ordonne pour la discrétion de faire du "tourisme sur les rives du Bosphore", un contact va le rejoindre depuis la Syrie pour "faire la route". Il s'agit d'Abou Omar, plus connu en France sous l'identité d'Abdelhamid Abaaoud, longtemps présenté comme le "cerveau" des attaques de Paris et Saint-Denis en novembre 2015. Les deux complices aux ordres de l'État islamique vont alors faire une partie de la route ensemble pour se retrouver en Belgique, à Bruxelles

C'est Abdelhamid Abaaoud qui reçoit directement les ordres depuis la Syrie pour Ayoub El Khazzani et un troisième terroriste venu les aider à traverser l'Europe et répondant au nom de Hamza. Mais ce dernier prend la fuite quand ils ont reçu l'ordre de se "préparer psychologiquement à faire une opération". C'est une semaine avant le 21 août que l'annonce de l'attaque lui est faite. Une dernière occasion de rappeler que ce qu'il veut, comme il le raconte aux juges : "S'attaquer à ceux qui tuaient nos frères". "[Abou Omar] m'a dit qu'il avait compris, qu'il allait tout préparer et que je devais pas m'en soucier, que je n'aurais qu'à agir", aurait-il encore raconté. 

Une route : celle des migrants

Pour arriver jusqu'à la planque bruxelloise, les trois combattants sous le drapeau de Daesh ont bien emprunté la route des migrants. Quand Ayoub El Khazzani est resté bloqué en Turquie, "un frère" lui transmet les instructions. Hamza lui ordonne d'attendre l'ouverture des routes des réfugiés. "Hamza m'a dit qu'il pouvait m'ouvrir la voie pour rentrer en Europe". 

Hamza m'a dit qu'il pouvait m'ouvrir la voie pour rentrer en Europe

Ayoub El Khazzani
Partager la citation

C'est donc par cette route qu'Abaaoud et El Khazzani rejoignent leur destination. Ils passent d'abord par la Turquie, puis la Hongrie, suivant toujours les flux des migrants. Leur route se sépare quand Abaaoud rejoint l'Autriche quelques jours avant son compagnon de route. Puis c'est l'Allemagne et enfin, la Belgique - où il retrouve donc son donneur d'ordres - qu'Ayoub El Khazzani rejoint en voiture grâce à un autre complice.

Une cible : des Américains

Ce n'est que quelques jours avant le jour de l'attaque qu'Abdelhamid Abaaoud lui transmet les détails de l'opération qui aurait pu être meurtrière. Des détails troublants qui soulèvent plusieurs questions. Les organisateurs de l'attaque avaient des informations très précises concernant la présence de soldats américains - ceux-là même qui vont couper court à la tentative d'attentat - dans ce train précisément, ce wagon et même ces places. 

"Il m’a dit que la cible était dans le Thalys, où je devais attaquer des Américains. (…) Abou Omar m’a expliqué qu’il fallait que je prenne un billet pour la première classe dans le wagon 11 ou 12, je ne me souviens plus, dans le Thalys de 17 heures (…) Abou Omar m’a dit qu’il y aurait entre trois et cinq militaires", rapporte Le Monde. Les militaires étaient bien trois, dans la bonne voiture, à la bonne heure. Le quotidien pose d'ailleurs la question qui reste en suspend après ces déclarations : comment le cadre de Daesh avait-il toutes ces informations ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Tirs dans un Thalys Terrorisme Attentats à Paris
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786346140
Abdelhamid Abaaoud était-il derrière l'attentat déjoué du Thalys ?
Abdelhamid Abaaoud était-il derrière l'attentat déjoué du Thalys ?
"Le Monde" dévoile les aveux du terroriste présumé, Ayoub El Khazzani, qui avait tenté d'ouvrir le feu dans un Thalys en août 2015.
http://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/abdelhamid-abaaoud-etait-il-derriere-l-attentat-dejoue-du-thalys-7786346140
2016-12-19 12:58:00
http://media.rtl.fr/cache/qH8lMyDcFqcQjXLbYkgXSQ/330v220-2/online/image/2015/0822/7779470059_philippe-huguen-afp.jpg