1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Rixes entre bandes : Castaner a-t-il raison d'affirmer qu'elles sont en baisse depuis 5 ans ?
1 min de lecture

Rixes entre bandes : Castaner a-t-il raison d'affirmer qu'elles sont en baisse depuis 5 ans ?

FACT CHECKING - Les chiffres donnés par l’ancien ministre de l’Intérieur sont vrais. Mais ils ne concernent que Paris.

Christophe Castaner le 30 novembre 2020
Christophe Castaner le 30 novembre 2020
Crédit : Anne-Christine POUJOULAT / AFP
Rixes entre bandes : Cataner a-t-il raison d'affirmer qu'elles sont en baisse depuis 5 ans ?
03:04
Rixes entre bandes : Cataner a-t-il raison d'affirmer qu'elles sont en baisse depuis 5 ans ?
03:04
micro générique
Jean-Mathieu Pernin

Christophe Castaner a-t-il raison en affirmant que depuis cinq ans, les faits rattachés aux bandes sont en diminution ? Les chiffres, c’est pratique mais ça peut être aussi très fragile quand on les manipule. Un exemple avec le président du groupe LaREM à l’Assemblée nationale, qui était interviewé sur LCI, jeudi 11 mars. 

La première question porte sur les phénomènes de bandes, comme on l’a vu ces dernières semaines en Essonne ou dans la capitale. "Sur la zone de préfecture de police de Paris, où l'essentiel des bandes se concentre, 112 faits rattachés à des contentieux de bandes en 2017 et en 2020 on est à 83, assure Christophe Castaner (...) Il n'empêche que les violences semblent progresser, on l'a vu avec les deux meurtres qu'on a connus dans l'Essone".

Il y a donc un sentiment de violence, mais les faits de bandes sont en baisse : c’est comme s'il y avait un "effet bandes ressenti". Pourtant, les chiffres donnés par l’ancien ministre de l’Intérieur sont vrais. Mais ils ne concernent que Paris

357 rixes ont été recensées en 2020 en France

La préfecture de police de Paris a ainsi recensé 83 phénomènes de bandes à Paris en 2020 contre 89 en 2019. Un chiffre en effet en baisse, donc. Pour autant, il faut élargir le spectre puisque à l'échelle nationale, 357 rixes ont été recensées en 2020 en France, contre 288 en 2019, ce qui représente une hausse d'environ 24%

À lire aussi

L'Île-de-France et sa grande couronne sont particulièrement touchées. Sur 186 affrontements recensés, 99 l'ont été dans l'Essonne, soit une augmentation de 80% par rapport à 2019 (55 faits), et 54 dans le Val-d’Oise (+20%).

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/