2 min de lecture Justice

Procès Tron : "9 ans que j'essaie d'oublier", dit Virginie Ettel, une des accusatrices

Virginie Ettel, l'une des deux femmes qui accusent l'ex-secrétaire d'État Georges Tron de viols, a regretté mercredi devant la cour d'assises à Bobigny de se rappeler seulement par "bribes" des scènes qu'elle dénonce.

Virginie Ettel arrive à la cour d'assises de Bobigny le 23 octobre 2018
Virginie Ettel arrive à la cour d'assises de Bobigny le 23 octobre 2018 Crédit : Thomas SAMSON / AFP
Ceciledeseze75
Cécile De Sèze
et AFP

La parole est aux parties civiles. Mercredi 31 octobre, c'est Virginie Ettel, l'une des accusatrices du procès Tron, qui est allée à la barre. Interrogée par le président de la cour, puis l'avocat général et enfin les avocats de la défense, elle s'est excusée de ne pas se souvenir de tout.

Certaines incohérences dans son récit ont été relevées par Éric Dupond-Moretti, avocat de George Tron, accusé d'agressions sexuelles et viols en réunion, avec Brigitte Gruel, par deux de ses anciennes collaboratrices à la mairie. La deuxième est Éva Loubrieu.

"Ça fait neuf ans que j'essaie d'oublier", s'est défendue Virginie Ettel, qui a répété son récit. "En larmes, elle détaille les caresses sexuelles appuyées du maire avec pénétration digitale" lors d'un déjeuner ou d'une soirée, rapporte une journaliste de France Info sur place. Elle raconte s'être trouvée comme une "poupée de chiffon" entre les mains des accusés. 

À lire aussi
L'ancien ministre de l'Intérieur, Claude Guéant. politique
Sondages de l'Élysée : le parquet financier demande un procès pour Guéant et d'anciens proches de Sarkozy

La crédibilité des plaignantes est au cœur des débats

En l'absence d'éléments matériels et de témoins directs, la crédibilité des plaignantes est au cœur des débats. Virginie Ettel étant la seule à avoir daté les agressions alléguées (en novembre 2009 et janvier 2010), chaque incohérence est exploitée par la défense. 

Elle s'était trompée sur la date du déjeuner à la mairie à l'issue duquel la première agression aurait eu lieu. L'enquête a montré qu'elle avait essayé le soir-même de se suicider - ce qu'elle n'avait jamais rapporté - expliquant seulement être rentrée se laver méthodiquement chez elle.  

"J'étais désorientée, déboussolée, c'est difficile de retracer les faits", tente-t-elle d'expliquer. Des témoins ont relié cette tentative de suicide à la fin d'une aventure avec un chirurgien - qu'elle nie - et non à une éventuelle agression.  

Les plaintes avaient été rendues publiques fin mai 2011, dix jours après la retentissante arrestation à New York de l'ex-patron du FMI Dominique Strauss-Kahn, accusé de viol par une femme de chambre. Georges Tron avait démissionné le 29 mai de son poste de secrétaire d'État à la Fonction publique mais est resté maire de Draveil. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Procès Georges Tron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7795396560
Procès Tron : "9 ans que j'essaie d'oublier", dit Virginie Ettel, une des accusatrices
Procès Tron : "9 ans que j'essaie d'oublier", dit Virginie Ettel, une des accusatrices
Virginie Ettel, l'une des deux femmes qui accusent l'ex-secrétaire d'État Georges Tron de viols, a regretté mercredi devant la cour d'assises à Bobigny de se rappeler seulement par "bribes" des scènes qu'elle dénonce.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/proces-tron-9-ans-que-j-essaie-d-oublier-dit-virginie-ettel-une-des-accusatrices-7795396560
2018-10-31 17:00:11
https://cdn-media.rtl.fr/cache/2tdP9QKdTXsm3JLq5tSryQ/330v220-2/online/image/2018/1031/7795396674_virginie-ettel-arrive-a-la-cour-d-assises-de-bobigny-le-23-octobre-2018.jpg