2 min de lecture Georges Tron

Affaire Georges Tron : "J’ai été prisonnière", confie une victime présumée

INVITÉE RTL - Alors que Georges Tron doit comparaître le mardi 12 décembre en cour d'assises pour "viols et agressions sexuelles en réunion", Éva Loubrieu, l’une des deux accusatrices, se confie.

Marc-Olivier Fogiel L'Entretien du jour Marc-Olivier Fogiel
>
Affaire Georges Tron: "j'ai été complètement prisonnière", relate Éva Loubrieu Crédit Image : CONTRE JOUR/SIPA | Crédit Média : Marc-Olivier Fogiel | Durée : | Date : La page de l'émission
Marc-Olivier Fogiel
Marc-Olivier Fogiel
Journaliste

Le procès de Georges Tron doit s’ouvrir ce mardi 12 décembre à la cour d’assises de Seine-Saint-Denis. L’ex-député et maire de Draveil et son ancienne adjointe sont accusés de "viols et agressions sexuelles en réunion" sur deux anciennes employées et encourent jusqu’à 20 ans de réclusion criminelle. L’une d’elles, Éva Loubrieu, a accepté de se confier à RTL.

"À l’approche du procès, je ressens une forme de libération parce que la justice va pouvoir nous entendre et va pouvoir statuer. J’ai eu peur pendant des années, mais aujourd’hui je n’ai plus peur", affirme-t-elle. En 2006, au moment où elle rencontre Georges Tron, cette femme de 32 ans à l’époque se trouve dans une position difficile. Elle est en plein divorce et recherche un emploi, alors qu’elle vient de retourner vivre chez ses parents. Georges Tron, député-maire de Draveil dans l’Essonne, lui propose alors un emploi de responsable des affaires culturelles de la mairie.

Ça a commencé par des massages de pieds, mais un mode opératoire s’est mis en place

Éva Loubrieu, accusatrice de Georges Tron
Partager la citation

"Les choses ont commencé avant mon embauche, il m’a promis un poste qui effectivement rendait ma vie beaucoup plus facile parce que je n’avais plus grand-chose", relate Éva Loubrieu. Elle raconte que cette situation a alors rapidement dérapé.

À lire aussi
L'ancien secrétaire d'État et maire en exercice de Draveil (Essonne) Georges Tron lors de son procès mardi 23 octobre 2018 justice
Georges Tron : le parquet fait appel de l'acquittement de l'ex-secrétaire d'État

"Ça a commencé par des massages de pieds, mais un mode opératoire s’est mis en place. À chaque fois, il répétait les mêmes gestes (…) j’arrivais, il fermait la porte du bureau, la pièce était capitonnée. Il déposait la clé et ensuite il s’approchait de moi et les choses débutaient. Je n’avais pas le droit de parler, d’ouvrir les yeux et je devais m’exécuter", confie-t-elle au micro de RTL. Éva Loubrieu explique avoir été victime d’attouchements et de pénétration digitale lors de ses rendez-vous avec Georges Tron.

L’emprise a été de plus en plus forte et il y a eu tout un travail d’isolement

Éva Loubrieu, accusatrice de Georges Tron
Partager la citation

Mais elle n’aurait pas été la seule femme à faire face à cette situation. "Très rapidement en rencontrant une jeune femme qui m’a expliqué avoir connu les mêmes choses, je me suis rendue compte à la virgule près que le discours était le même, le geste identique (…) La préparation, la façon de poser la chaise, la façon de parler, les mots employés, tout était absolument identique", détaille-t-elle.

"L’emprise a été de plus en plus forte et il y a eu tout un travail d’isolement. J’ai été très isolé par rapport à mes collègues", se souvient l’ancienne responsable de la mairie de Draveil. "J’ai été complètement prisonnière (…) je n’avais plus l’ombre d’une existence normale", ajoute-t-elle. Finalement, Éva Loubrieu a été licenciée en 2009, deux ans après son embauche. Elle affirme aujourd’hui tenter de se reconstruire : "J’y travaille depuis des années, tant que je peux pour essayer de survivre à cette rencontre."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Georges Tron Agression sexuelle Viol
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791366544
Affaire Georges Tron : "J’ai été prisonnière", confie une victime présumée
Affaire Georges Tron : "J’ai été prisonnière", confie une victime présumée
INVITÉE RTL - Alors que Georges Tron doit comparaître le mardi 12 décembre en cour d'assises pour "viols et agressions sexuelles en réunion", Éva Loubrieu, l’une des deux accusatrices, se confie.
https://www.rtl.fr/actu/justice-faits-divers/affaire-georges-tron-j-ai-ete-prisonniere-confie-une-victime-presumee-7791366544
2017-12-11 21:07:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/mKO-PR4_7vF7o0FaCac_Qw/330v220-2/online/image/2017/1211/7791367488_eva-loubrieu-une-accusatrice-de-georges-tron.jpg