1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Procès Bygmalion : six mois de prison ferme requis contre Nicolas Sarkozy
1 min de lecture

Procès Bygmalion : six mois de prison ferme requis contre Nicolas Sarkozy

Six mois de prison ferme ont été requis contre l'ancien président, dans l'affaire Bygmalion. De 18 mois à 4 ans de prison avec sursis ont été requis contre ses 13 coprévenus.

Nicolas Sarkozy le 15 juin 2021 au Tribunal de Grande Instance de Paris pour son procès dans l'affaire Bygmalion.
Nicolas Sarkozy le 15 juin 2021 au Tribunal de Grande Instance de Paris pour son procès dans l'affaire Bygmalion.
Crédit : Christophe ARCHAMBAULT / AFP
cassandre
Cassandre Jeannin
Journaliste

Au palais de justice de Paris, c'est de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy en 2012 qu'il est question, et de ce plafond de dépenses qui a explosé. La procureure a fait un réquisitoire au vitriol ce jeudi 17 juin, dénonçant une fraude massive. De 18 mois à 4 ans de prison avec sursis ont été requis ce jeudi 17 juin à l'encontre des 13 coprévenus jugés au côté de Nicolas Sarkozy.

Les procureurs ont demandé trois ans de prison avec sursis et 50.000 euros d'amende pour l'ex-directeur adjoint de la campagne, Jérôme Lavrilleux, seul à avoir reconnu la fraude. Contre les trois ex-cadres de Bygmalion qui ont admis avoir accepté la mise en place du système de fausses factures, dix-huit mois de prison avec sursis ont été requis. 

Enfin, six mois de prison ferme et une amende de 3.750 euros ont été requis contre l'ancien président. Contrairement à ses 13 coprévenus, l’ex-chef de l’État n'est pas mis en cause pour le système de fausses factures imaginé pour masquer les dépenses excessives de sa campagne. Mais, selon l'accusation, il aurait laissé filer les dépenses malgré plusieurs alertes claires sur les risques de dépassement de plafond et il a "incontestablement" bénéficié de la fraude qui lui a permis de disposer de "moyens bien supérieurs" à ce qu'autorisait la loi.

"Nicolas Sarkozy ne regrette visiblement rien puisqu'il n'est venu qu'à une seule audience", a soutenu la procureure Vanessa Perrée en dénonçant "la totale désinvolture" de l'ancien président. "Cette désinvolture vis-à-vis (des autres prévenus) et du tribunal est à l'image de la désinvolture dans sa campagne", a -t-elle insisté. 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/