2 min de lecture Faits divers

Paris : Le Petit Cambodge, symbole des attentats de 2015, squatté

REPORTAGE - Le Petit Cambodge, restaurant où des femmes et des hommes sont morts, tués par des terroristes en novembre 2015, est actuellement squatté par des militants d'extrême-gauche.

Yves Calvi_ RTL Matin Yves Calvi iTunes RSS
>
Paris : Le Petit Cambodge, symbole des attentats de 2015, squatté Crédit Image : BERTRAND GUAY / AFP | Crédit Média : RTL | Durée : | Date : La page de l'émission
Morad Djabari
édité par Paul Turban

Le "Petit Cambodge" est tristement connu pour avoir été l'une des cibles des attentats de novembre 2015. Cinq ans après l'attaque, les responsables espéraient enfin rouvrir un nouveau restaurant. Sauf que le local, toujours en travaux, est squatté depuis plusieurs semaines par des militants d'extrême-gauche

Les nouveaux occupants ont changé les serrures, badigeonné les murs et organisent des apéros dits "citoyens" dans un lieu qui, désormais, n'a plus grand chose à voir avec un restaurant. Le local a disparu derrière des planches de bois, des tags, des messages politiques et une banderole. Ici, on lutte contre l'embourgeoisement des quartiers populaires. 

Les jeunes activistes squattent ce futur restaurant depuis des semaines sous les fenêtres des habitants, pas forcément d'accord avec ce combat. "Je ne suis pas d'accord avec le fait que le quartier se gentrifie, explique un voisin. Après un centre social, je ne suis pas contre. Mais à partir du moment où c'est fait dans la légalité."

"J'ai été touché personnellement par les attentats, confie un autre. Ma sœur fait partie des victimes. Que ça touche ce lieu là, c'est particulier, que ça ouvre en bas de chez moi, c'est d'autant plus un symbole pour moi." Les activistes qui ont refusé de parler à RTL souhaitent créer un centre social autogéré et solidaire. 

Le gérant ne peut plus accéder à son local

À lire aussi
Grégory Villemin avait été retrouvé dans la Vologne, le 16 octobre 1984 justice
Affaire Grégory : son père Jean-Marie Villemin sort du silence et espère "la vérité"

"Aujourd'hui, ils ont changé les serrures, donc on ne peut plus accéder à l'intérieur, regrette Simon Octobre, le gérant du Petit Cambodge, qui veut tout simplement ouvrir son nouveau restaurant dans ce local acheté il y a cinq ans, juste après les attentats. On ne peut pas constater l'état de l'intérieur."

"Ce sont trois ans de travail, quasiment un million d'euros investis pour pouvoir créer le restaurant, raconte-t-il. On avait recruté des gens qu'on était en train de former pour pouvoir les déplacer dans ce local. Aujourd'hui, plus cette affaire dure, plus l'investissement de cette formation va être long et difficile à assumer, en particulier dans le contexte économique actuel."

Pendant ce temps, Simon Octobre continue de payer son loyer de 5.000 par mois. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Attentats à Paris Attentat
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants