1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Notre-Dame : "J'ai réalisé que ce n'était pas un fou", témoigne le policier agressé
2 min de lecture

Notre-Dame : "J'ai réalisé que ce n'était pas un fou", témoigne le policier agressé

Le policier agressé à coups de marteau sur le parvis de Notre-Dame, mardi 6 juin, se dit "apte à reprendre le travail" et estime que lui et ses collègues ont eu beaucoup de chance.

Un policier assure la sécurité aux abords de la cathédrale Notre-Dame où a eu lieu un attentat, le 6 juin 2017
Un policier assure la sécurité aux abords de la cathédrale Notre-Dame où a eu lieu un attentat, le 6 juin 2017
Crédit : Bertrand GUAY / AFP
Eleanor Douet
Eléanor Douet

Il a échappé au pire. Le policier pris pour cible mardi 6 juin par Farid I. sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Paris a pu sortir de l'hôpital quelques heures seulement après les faits. Légèrement blessé à la tête par le coup de marteau porté par l'assaillant, qui a prêté allégeance au groupe État islamique dans une vidéo retrouvée à son domicile, le policier de 22 ans souhaite reprendre au plus vite les patrouilles malgré cette attaque aussi rapide que brutale.

"On renseignait un touriste qui nous demandait la direction pour aller vers Montparnasse", raconte-t-il à Europe 1. "Je me retourne pour reprendre ma patrouille, et là l'individu sort d'un groupe de personnes. Ma collègue me crie 'attention', et je prends un coup de marteau à l'arrière de la tête." Le policier se jette alors au sol, alors qu'un troisième collègue tire sur le terroriste.

"Je me suis dit que s'il arrivait à me mettre le deuxième coup, je serais défiguré, si ce n'est plus." L'assaillant, Farid I. affiche alors ses motivations lorsqu'il crie : "C'est pour la Syrie, c'est pour la Syrie". "J'ai réalisé que ce n'était pas un fou, c'était quelqu'un qui avait préparé son attaque pour nous avoir", explique-t-il à la radio. Le fonctionnaire décrit l'agresseur comme un homme "déterminé".

Je me sens apte à repartir et à reprendre mon travail normalement

Le policier agressé par Farid I. sur le parvis de Notre-Dame

Le policier est pris d'un léger malaise une fois Farid I. neutralisé. "J'étais sonné par le coup", se souvient-il. L'examen du médecin, effectué quelques minutes plus tard se révèle rassurant : "c'était une bosse et un petit traumatisme crânien, rien de méchant", confie le fonctionnaire. "On s'en sort plutôt bien", relativise le policier, qui assure que ses deux collègues "vont super bien". 

À lire aussi

Toutefois, il le reconnaît : "C'est un peu difficile mentalement (...) On n'a pas dormi cette nuit… Mais on est suivis par notre hiérarchie, qui a pris de nos nouvelles, et on a un soutien psychologique qui s'est mis en place." Malgré cet événement traumatisant, le policier l'assure : "Je me sens apte à repartir et à reprendre mon travail normalement". Le policier estime toutefois avoir "évité le pire", après avoir visionné les images de vidéosurveillance.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/