2 min de lecture Justice

Mort d'Adama Traoré : passe d’armes entre le procureur de Paris et l’avocat de la famille Traoré

Maitre Yassine Bouzrou "déplore" un communiqué de Remy Heitz qui affirme que "la justice met tout mettre en œuvre" pour parvenir à la "manifestation de la vérité" dans le dossier Traoré.

Des milliers de manifestants contre les violences policières étaient rassemblés le 2 juin devant le tribunal à Paris à l'appel du comité de soutien à la famille d'Adama Traoré.
Des milliers de manifestants contre les violences policières étaient rassemblés le 2 juin devant le tribunal à Paris à l'appel du comité de soutien à la famille d'Adama Traoré. Crédit : STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
Thomas Prouteau édité par Eléanor Douet

Le traitement judiciaire du décès d’Adama Traoré, mort le 19 juillet 2016 à l’issue d’une interpellation controversée, est de nouveau au cœur d’un bras de fer entre la famille du jeune homme et les magistrats. Le nouvel épisode a été initié par un communiqué en début d’après-midi ce lundi 8 juin du procureur de Paris Remy Heitz, "pour éviter la propagation d’informations parcellaires ou inexactes".

En clair le parquet de Paris, agacé par les informations de presse faisant état d’une audition à venir de deux témoins clés, annoncée à la famille au lendemain de la manifestation de 20.000 personnes porte de Clichy, fait passer le message que la justice fait tout son possible dans son dossier et ne suit pas le rythme des manifestations.

À l’appui de ses déclarations, le procureur de Paris souligne que le "principe de ces auditions" avait été accepté dès avril 2019. Et affirme que leur "mise en œuvre a été retardée par une absence [du témoin ] à l’audition programmée le 30 septembre 2019".

Par ailleurs Remy Heitz souligne et donne la liste des "dix mesures d’expertise judiciaire réalisées par des experts et médecins assermentés" depuis le début de l’instruction, sans compter les deux "rapports médicaux" produits par la défense. Conclusion du procureur de Paris : "La justice met tout en œuvre pour parvenir à la manifestation de la vérité sur les circonstances du décès d’Adama Traoré".

L'avocat de la famille Traoré réplique

À lire aussi
Les parents de la petite Marion, Françoise et Michel Wagon, se tiennent près d'une affiche de leur fille, le 14 novembre 1997 à Agen l'heure du crime
Disparition de Marion Wagon : 24 ans plus tard, le mystère total à Agen

Un texte qui a immédiatement provoqué une réplique de l’avocat de la famille Adama Traoré, Yassine Bouzrou. Dans un communiqué consulté par RTL, ce dernier rétorque que "La manifestation de la vérité nécessite que les actes d'investigation soient effectivement réalisés, on n’instruit pas sur des intentions mais sur des actes d'enquête réalisés". Selon lui en effet, l’adresse actuelle du témoin introuvable en septembre a été connue "dès le 3 octobre 2019" et pour le deuxième témoin "aucune convocation" n’a jamais été envoyée.

D’autre part l’avocat affirme que le principe d’une reconstitution de l’interpellation avait été accepté en 2018 avant d’être refusé en 2019. Enfin la famille déplore que lors des expertises médicales réalisées, les juges ont "toujours refusé" de désigner des spécialistes des pathologies dont souffrait Adama Traoré et mises en avant par certaines des expertises médicales pour expliquer son décès.

Nous déplorons que le procureur de Paris se comporte comme son prédécesseur

Yassine Bouzrou, avocat de la famille Traoré
Partager la citation

Yassine Bouzrou conclut : "la dernière fois qu'un procureur s'est exprimé sur ce dossier c'était celui de Pontoise, dont la communication était particulièrement contestable et a donné lieu à un dépaysement. Aujourd'hui, nous déplorons que le procureur de Paris se comporte comme son prédécesseur".

Le fait qu’un procureur communique sur une affaire confiée à des juges d’instruction et toujours en cours d’enquête est relativement rare. Mais en quelques jours, la mobilisation en France contre les "violences policières" suite au décès de George Floyd aux États-Unis a érigé l’affaire Traoré en dossier symbole, qui bouscule aussi bien le ministère de l’Intérieur que l’institution judiciaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Justice Police
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants