4 min de lecture Faits divers

Michel Fourniret : l'effroyable parcours criminel du tueur en série

RÉCIT - Personnage complexe, imprévisible, provocateur, obsédé par la virginité, Michel Fourniret a tracé un itinéraire mortifère de près de 50 ans. Condamné déjà deux fois à la prison à perpétuité, son parcours judiciaire est loin d'être terminé.

Michel Fourniret, le 30 avril 2008.
Michel Fourniret, le 30 avril 2008. Crédit : ALAIN JULIEN / AFP
Noémie Grinberg Journaliste

Près de 17 ans après la disparition de la petite Estelle Mouzin, Michel Fourniret a été mis en examen mercredi 27 novembre. Si celui qu’on surnomme l'ogre des Ardennes n'est "pas encore passé" formellement "aux aveux" pour le meurtre de la fillette en 2003, des charges "très importantes" pèsent sur lui, a déclaré l'un des avocats du père de la victime.

Mais avec Michel Fourniret, "il faut parfois attendre longtemps pour avoir des aveux, on l'a vu dans les affaires Parrish et Domece", deux jeunes femmes tuées en 1988 et 1990. Deux meurtres qu'il n'a reconnu qu'en février 2018. 

Le tueur en série a déjà été condamné deux fois à la perpétuité pour les meurtres de 8 jeunes femmes ou adolescentes, précédés de viols ou tentatives de viol, entre 1987 et 2001. Retour sur un effroyable parcours criminel.

Naissance d'un prédateur

La première condamnation de Michel Fourniret, aujourd’hui âgé de 78 ans, remonte à 1967, quand il écope de huit mois avec sursis pour l’agression d’une fillette dans les Ardennes. Sa première femme demande alors le divorce.

À lire aussi
Un gendarme (illustration) faits divers
Meurthe-et-Moselle : il dit s'appeler Mireille Mathieu et agresse un gendarme

Michel Fourniret se remarie, mais en 1984, il est arrêté pour une dizaine d’agressions et de viols en région parisienne cette fois. C’est lors de sa détention provisoire, qu’il divorce une deuxième fois et entame une correspondance avec une certaine Monique Olivier.   

À sa sortie de prison, où il n’a passé que quelques mois grâce au jeu des remises de peines, il s’installe à Saint-Cyr-les-Colons, dans l'Yonne avec celle qui va devenir son double maléfique, Monique Olivier. 

Perpétuité réelle pour le meurtre de sept jeunes filles

Le 11 décembre 1987, il commet son premier crime. Isabelle Laville, 17 ans, est enlevée sur le chemin entre son collège et son domicile. C’est Monique Olivier qui l’accoste en voiture, prétextant s’être perdue. L’adolescente monte dans le véhicule. Elles sont rejointes par Michel Fourniret, faux autostoppeur arrêté un peu plus loin, et filent vers le domicile des époux. Le tueur indiquera en 2004 l’endroit où il avait enterré le corps.


Même mode opératoire pour Fabienne Leroy, 20 ans, le 4 août 1988. La jeune fille croise la route des époux diaboliques. Elle ne se méfie pas, et est menée dans un pré. Sa virginité sera même "examinée" par Monique Oliver, alors enceinte de 8 mois. Son corps est abandonné sur place. 

Jeanne-Marie Desramault, 22 ans, est séquestrée après avoir été attirée par le couple à leur domicile. Elle avait rencontré Monique Olivier et Michel Fourniret dans le train Lille-Charleville quelques jours plus tôt en mars 1989. Elle sera violée et étranglée par l'ogre des Ardennes.

Le 20 décembre 1989, le couple s’attaque à une fillette de 12 ans. Ensemble, toujours dans une voiture, ils appâtent Elisabeth Brichet en prétextant chercher un médecin pour leur bébé. Elle subira le même sort que les autres : violée et tuée.
 
Natacha Danais, 13 ans, disparaît à Nantes le 24 novembre 1990. Le prétexte d'un ennui de santé est encore utilisé par le couple. La jeune fille, poignardée après des abus sexuels, est découverte sur une plage de Bretignolles-sur-Mer. 

Dix ans plus tard, Céline Saison disparaît le 16 mai 2000 à Charleville-Mézières, en sortant d’une épreuve du baccalauréat. Son corps sera retrouvé deux mois plus tard dans la forêt de Sugny. 

Manania Thumpong, 13 ans, allait à la bibliothèque à Sedan lorsqu'elle a disparu le 5 mai 2001. Des chasseurs retrouveront son corps dans la forêt de Nollevaux en Belgique, et un de ses cheveux a été retrouvé dans la camionnette de Michel Fourniret. 

Le 28 mai 2008, Michel Fourniret est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité réelle, (assortie d'une période de sûreté illimitée), et Monique Olivier, à la perpétuité accompagnée d'une peine de sûreté de 28 ans. Aucun des deux accusés n’a fait appel. 

Une deuxième condamnation à perpétuité pour un crime d’argent

La même année, Michel Fourniret est condamné une seconde fois à perpétuité pour le meurtre de Farida Hammiche, 20 ans plus tôt. Le mobile de l'ogre des Ardennes est, cette fois, matériel. En effet, cette jeune femme était la compagne d'un ancien codétenu de Fourniret.

Il avait eu l'imprudence de lui révéler où était cachée une partie du butin du gang des Postiches Michel Fourniret a préféré garder l’argent pour lui, et s’offrir le château de Sautou, devenu le théâtre de nombreuses scènes de crimes. 

Le château de Sautou, dans les Ardennes, propriété de Michel Fourniret, le 1er juillet 2004.
Le château de Sautou, dans les Ardennes, propriété de Michel Fourniret, le 1er juillet 2004. Crédit : GERARD CERLES / AFP

La fin du parcours meurtrier

Elle est la dernière victime du couple, mais surtout celle qui va mettre un terme à ce parcours criminel hors norme. Marie-Ascencion a 13 ans, quand elle est enlevée par Michel Fourniret le 26 juillet 2003 à Ciney, petite ville belge toute proche de la frontière avec la France.

La jeune fille réussit à défaire ses liens et s’échapper. Elle est prise en charge par un automobiliste qui note la plaque d’immatriculation de la camionnette. Michel Fourniret et sa femme sont arrêtés.

Les affaires encore en cours

Michel Fourniret a donc été mis en examen pour enlèvement et séquestration suivis de mort, mercredi 27 novembre, dans l’affaire de la disparition d’Estelle Mouzin, près d'une semaine après les déclarations de son ex-épouse Monique Olivier, qui avait contredit son alibi pour le jour de la disparition

Estelle Mouzin
Estelle Mouzin

Le tueur en série a également reconnu en février 2018, les meurtres de deux autres jeunes femmes dans l’Yonne. Joanna Parrish, alors assistante d'anglais au lycée Jacques-Aymot d'Auxerre avait été retrouvée morte en mai 1990, à Monéteau.

Marie-Angèle Domèce, elle, était une jeune handicapée mentale âgée de 19 ans, et disparue en juillet 1988, à Auxerre. Son corps n’a jamais été retrouvé. Mais Michel Fourniret n’a jamais voulu indiquer où avait été enterrée la jeune fille, prétextant ne pas se souvenir. Alors dit-il la vérité ou le tueur a t-il encore des choses et des corps à cacher ? L’ogre des Ardennes répondra peut-être lors du procès prévu courant 2020. 

>
Michel Fourniret : L'heure des derniers secrets ? Crédit Image : RTL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Enquête Michel Fourniret
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants