1 min de lecture Alsace

Meurtres en Drôme-Ardèche : deux lettres d'adieux retrouvées au domicile du suspect

Lors d'une perquisition, les policiers ont mis la main sur deux courriers, dont l'un à destination de la mère du suspect.

L'agence Pôle Emploi où a été commis le meurtre.
L'agence Pôle Emploi où a été commis le meurtre. Crédit : Philippe Desmazes / AFP
louis
Louis Chahuneau et AFP

L'enquête progresse dans l'affaire du tueur de DRH qui a fait au moins deux morts en Drôme et en Ardèche jeudi 28 janvier. Alors que le principal suspect, Gabriel Fortin, a été mis en examen samedi 30 janvier pour "assassinats" et placé en détention provisoire, les policiers ont trouvé deux lettres d'adieux adressées à ses proches lors de perquisitions menées jeudi par la police judiciaire de Nancy à son domicile, selon une source policière.

Lors des opérations, les enquêteurs ont mis la main sur deux courriers dont l'un adressé à la mère du suspect. Les enquêteurs ont "déduit" de la "teneur" de ces lettres une volonté du suspect de mettre fin à ses jours.


Gabriel Fortin, célibataire de 45 ans et sans enfant est ingénieur sans emploi. Inconnu des services de police et des renseignements, il avait été radié de son agence pôle emploi à Valence en 2013. Il est suspecté d'avoir tué ce jeudi une conseillère Pôle emploi de cette agence puis la directrice des ressources humaines de l'entreprise Faun, dont il avait été licencié en 2010, à Guilherand-Granges (Ardèche).

Un lien avec les deux autres attaques en Alsace ?

Si l'enquête avance rapidement, elle pourrait encore apporter des surprises aux policiers. Selon une source proche de l'enquête, les enquêteurs ont également établi un lien entre ces meurtres et deux autres attaques à main armée mardi 26 janvier : le meurtre d'une responsable des ressources humaines de l'entreprise Knauf à Wolfgantzen (Haut-Rhin), et l'attaque à main armée, à Wattwiller (Haut-Rhin), d'un homme, DRH chez General Electric.

À lire aussi
Lyon
Lyon : 12 personnes interpellées après des heurts avec la police

Pour l'instant, les trois procureurs de la République concernés, de Valence, Colmar et Mulhouse, n'ont pas confirmé le lien. "Une expertise balistique va être menée et permettra peut-être de le confirmer", avait annoncé vendredi la procureur de Colmar, Catherine Sorita-Minard.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Alsace Ardèche Drôme
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants