1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Meurtre de Lola : Dupond-Moretti dénonce "ceux qui se servent du cercueil comme marchepied"
2 min de lecture

Meurtre de Lola : Dupond-Moretti dénonce "ceux qui se servent du cercueil comme marchepied"

La nationalité algérienne, et l'obligation de quitter le territoire français (OQTF) dont faisait l'objet la principale suspecte dans le meurtre de la petite Lola, ont été au cœur de vifs débats à l'Assemblée nationale, mardi 18 octobre.

Éric Dupont-Moretti à l'Assemblée nationale.
Éric Dupont-Moretti à l'Assemblée nationale.
Crédit : Amaury Cornu / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP
Jeanne Le Borgne

"Se servir du cercueil d'une gamine de 12 ans comme on se sert d'un marchepied, c'est une honte, monsieur le député !", s'est emporté le garde des Sceaux, Éric Dupont-Moretti, mardi 18 octobre à l'Assemblée, en réponse à Éric Pauget. Le député Les Républicains avait auparavant fustigé "le laxisme de la politique d'immigration" du gouvernement, qui aurait conduit au meurtre de la petite Lola, retrouvée dans une valise, dans la cour de son immeuble du 19ème arrondissement parisien. 

"Par le laxisme de votre politique d'immigration, cet enfant a été martyrisée, tuée, violée par une clandestine, qui faisait pourtant l'objet d'une obligation de quitter le territoire français. Le défaut d'exécution de cette décision de justice rend votre ministère responsable de ces drames", s'est emporté Éric Pauget. "Lola a perdu la vie parce que vous n'avez pas procédé à l'expulsion de cette ressortissante qui n'avait plus rien à faire ici", a-t-il ensuite soutenu. 

En réponse, Éric Dupont-Moretti a rappelé que la principale suspecte était "inconnue des services de police", si ce n'est en tant que victime. Pour le ministre de la Justice, bien que la jeune femme ait fait l'objet d'une "obligation de quitter le territoire français", il n'y avait "aucune raison de l'expulser".

Confronté à cette polémique grandissante, le ministre de la Justice s'est finalement emporté : "Faire de la petite politique, de la petite poloche. Se servir du cercueil d'une gamine de douze ans comme on se sert d'un marchepied, c'est une honte, monsieur le député ! Ne rajoutez pas à l'atrocité la plus absolue, le commerce indigne de la démagogie." 

À écouter aussi

Prévoyant une intervention de la présidente du Rassemblement National, Marine Le Pen, Éric Dupont-Moretti a lâché : "Vous êtes toujours au rendez-vous du malheur, dont vous faites, depuis plusieurs années, votre miel." 

Marine Le Pen n'a pas tardé à répondre à celui qu'elle a qualifié de "ministre de l'Injustice". "Une fois de plus, la suspecte de cet acte barbare n'aurait pas dû se trouver sur notre territoire, et ce, depuis plus de trois ans", a soutenu la tête de file du RN. "Trop de crimes et de délits sont commis par des immigrés clandestins que l'on n'a pas voulu, ou pas su, renvoyer chez eux", a-t-elle déploré, dénonçant le "laxisme migratoire" du gouvernement. 
La principale suspecte est venue en France pour y effectuer ses études. Mais, en août dernier, les forces de l'ordre se sont aperçus, lors d'un simple contrôle d'identité, que son titre de séjour était périmé. En situation irrégulière, elle s'est vue notifier d'une "obligation de quitter le territoire français", mais l'on ne sait pas, pour l'heure, si elle avait fait appel de cette décision. 

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.