1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Mayenne : deux familles condamnées pour violence sur leurs enfants
2 min de lecture

Mayenne : deux familles condamnées pour violence sur leurs enfants

VU DANS LA PRESSE - Deux familles de Mayenne ont respectivement été condamnées à 800 euros d'amende et deux mois de prison avec sursis ainsi que 2.000 euros d'amende, pour avoir fait usage de la violence à des fins éducatives.

Un père s'apprête à gifler sa fille (illustration)
Un père s'apprête à gifler sa fille (illustration)
Crédit : iStock
Marie Gingault
Marie Gingault

Deux familles mayennaises ont été jugées le jeudi 13 août par le tribunal correctionnel de Laval (53). Au cœur des deux affaires, ce qu'on appelle les "violences éducatives ordinaires". Celles-ci sont punies par la loi française depuis le 2 juillet 2019.

"Des affaires délicates", comme les a qualifiées la substitut du procureur Stéphanie Perchaud. "Nous sommes à la croisée de deux domaines : les moyens éducatifs et l'infraction pénale", a-t-elle confié à nos confrères de Ouest France

Dans la première affaire, il s'agit d'une mère de 35 ans, séparée et vivant à La Bigottière, qui a dû expliquer ses actes de violences face au juge. La femme a donné des claques répétées à son fils de 10 ans, afin que celui-ci "travaille mieux à l'école". Cette pression sur son enfant a duré près de trois mois en 2019. La maman a déclaré que "son fils était par ailleurs victime de harcèlement scolaire".

Le juge Xavier Bouaissier de Bernouis en charge de l'affaire lui a rappelé que "vos gestes ont dépassé ce que la loi autorise". La trentenaire a été condamnée à une amende de 800 euros, avec sursis.

Martinet, pincements et claques en guise de punition

À lire aussi

L'autre famille mise en cause réside à Chemeré-le-Roi. Dans cette affaire, les violences ont duré plus d'un an, entre 2018 et 2019. Dans ce cas précis, plusieurs types de violences étaient trop fréquemment utilisées : claques, fessées, pincements, mise au piquet ou encore martinet.

Ces actes de violences répétitifs étaient la réponse éducative que le couple, récemment arrivé dans la région, apportait à ses enfants mineurs de moins de 15 ans. Des gestes tellement fréquents, que les quatre enfants ont été placés dans des familles d'accueil. "Ce ne sont pas des sévices très graves mais les enfants sont élevés dans un climat permanent de violence et de peur", a expliqué le juge au couple.

Ainsi, les parents ont été condamnés à deux mois de prison avec sursis probatoire ainsi qu'à une amende de 2.000 euros pour le préjudice moral qu'ils ont causé à leurs enfants.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/