1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Manche : un collégien grièvement brûlé, 6 mois de sursis pour une enseignante et un principal
2 min de lecture

Manche : un collégien grièvement brûlé, 6 mois de sursis pour une enseignante et un principal

Une enseignante et le principal d'un collège de Saint-Lô ont été condamnés à six mois de prison avec sursis. Un élève avait été grièvement blessé en classe de physique-chimie.

Symbole de la justice (photo d'illustration).
Symbole de la justice (photo d'illustration).
Crédit : Damien MEYER / AFP
Florise Vaubien & AFP

Mercredi 16 décembre, le tribunal correctionnel de Coutances (Manche) a condamné à six mois de prison avec sursis une professeure de physique-chimie et le principal d'un collège de Saint-Lô alors qu'un élève avait été grièvement brûlé en juin 2017 lors d'une expérience avec de l'éthanol. Le collégien de 11 ans avait dû par la suite subir des greffes de peau au niveau du front, à la paupière et au bras.

Contre l'enseignante, qui s'est déclarée seule responsable dans cet accident, le parquet avait requis une amende de 2.000 euros, dont 1.500 avec sursis. De même pour le principal du collège en fonction au moment des faits. 

La prévenue, âgée de 37 ans, a été accusée d'avoir versé le produit directement du bidon sur un récipient chaud pendant "une expérience de SVT". On lui reproche également de ne pas avoir lu la fiche sécurité du produit. Les rapports d'inspection concernant la trentenaire étaient toutefois "très élogieux", selon son avocate Emilie Omont. De plus, une formation aux risques chimiques avait été refusée à l'enseignante

Dans cette affaire jugée à huis clos, la justice a par ailleurs pointé du doigt plusieurs dysfonctionnements impliquant la responsabilité du principal, absent à l'audience : le manque d'équipements de protection et d'informations sur les risques d'une telle expérimentation et la mauvaise ventilation de la salle.

Une pétition pour interdire l'éthanol

À lire aussi

Du côté de la famille de l'enfant blessé, le tribunal a ordonné une provision de 29.500 euros, avec indemnités à la charge de l'agence judiciaire de l'État et demande d'expertise de la victime. "Louison est brûlé au visage, au torse et au bras. (...) Notre fils a repris sa vie d'adolescent, malgré les séquelles physiques et psychologiques", expliquent les proches du collégien sur le site Change.org

Une pétition a été lancée pour demander au ministre de l'Éducation l'interdiction de l'éthanol en milieu scolaire. Un texte qui recueillait mercredi 28.000 signatures. "Les accidents en milieu scolaire se succèdent sans que les autorités compétentes n'interdisent ce produit. C'est pourquoi, nous demandons l'interdiction de l'utilisation de l'éthanol en milieu scolaire", peut-on lire. 

Selon les parents de Louison, de nombreux drames sont intervenus en milieu scolaire. En 2013, une lycéenne a été gravement brûlée à Crépy-en-Valois (Oise). En 2017, une enseignante a "pris feu" à Limoges, et en 2018, une lycéenne a subi de graves blessures en classe à Chantonnay (Vendée).

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/