1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Madame Claude : "II lui en fallait toujours plus", selon le producteur Philippe Thuillier
2 min de lecture

Madame Claude : "II lui en fallait toujours plus", selon le producteur Philippe Thuillier

En 1977, la plus célèbre des proxénètes, Madame Claude, échappe et fuit la justice pour reprendre son métier en Californie. En 1986, sûre de son impunité, la voilà de retour en France.

Fernande Grudet alias Madame Claude le 5 mai 1986 à Paris (archive)
Fernande Grudet alias Madame Claude le 5 mai 1986 à Paris (archive)
Crédit : MICHEL GANGNE / AFP
L'INTÉGRALE - Madame Claude, proxénète du Tout-Paris
00:41:10
L'ENQUÊTE - Madame Claude, proxénète du Tout-Paris
00:13:20
Jean-Alphonse Richard & Marie Bossard & Alexis Kergus

Lors de l'été 1986, Fernande Grudet, alias Madame Claude, 63 ans, retrouve sa vieille bergerie de Cajarc, dans le Lot. Les autorités françaises n'ont pas été prévenues de cette arrivée. L'ancienne proxénète du tout Paris voyage avec un passeport au nom de Claude Cook, chargée de relations publiques.

Entre 1975 et 1979, "Madame 30%", comme on l'appelait alors, avait défrayé la chronique. Elle qui avait été épinglée à quatre reprises pour proxénétisme aggravé et pour fraude fiscale, on lui réclamait en tout et pour tout 17 millions de francs d'arriérés, près de 3 millions d'euros. Elle avait finalement échappé, grâce à ses relations, aux accusations de proxénétisme mais avait écopé de 10 mois de prison avec sursis pour fraude fiscale et douanière. Interdite de séjour à Paris et région parisienne.

Le 22 juin 1977, sans avoir réglé un seul centime, elle avait préféré prendre la tangente aux Etats-Unis. Avec l'idée de remonter un réseau. En Californie, Madame Claude, qui a alors l'identité de Claude Tolmacheff, s'installe. Elle retrouve ici des célébrités du cinéma et de la politique qu'elle avait rencontrées en France. Elle compte bien faire fortune dans ce pays.

"Elle reprend le métier pour l'argent"

Elle ouvre alors une pâtisserie sur Pacific Palisades, histoire de disposer d'une couverture et d'une vitrine honorable. Car malgré les apparences, Madame Claude a tout simplement repris du service. Elle espère que les affaires seront aussi florissantes que dans l'appartement du quartier des Champs-Elysées, où elle a officié pendant vingt ans. 

À lire aussi

"Elle reprend le métier pour l'argent. Il lui en fallait toujours plus. Elle avait peur de vieillir et savait qu'elle n'aurait pas de retraite. Il y avait aussi ce jeu pervers du chat et de la souris avec les autorités qui l'attirait", explique Philippe Thuillier, producteur du documentaire Les confessions de Madame Claude, invité de L'heure du Crime.

Le petit commerce clandestin dure quelques années, jusqu'à ce que Madame Claude soit dénoncée, rattrapée par les services de l'immigration. Ses amis lui assurent que sa dette fiscale est prescrite en France, elle décide donc de rentrer. Le 31 décembre 1986, dans la matinée, le capitaine de gendarmerie Alix frappe à la porte de la bergerie de Cajarc, au lieu-dit Gaillac. La dénommée Claude Cook reconnait qu'elle est bien Fernande Grudet, dite Madame Claude. Le gendarme l'interpelle. Elle est toujours poursuivie pour fraude fiscale et pour le non-paiement de sa dette établie à 17 millions de francs. Elle comparaît devant le tribunal de Cahors. Madame Claude va passer cinq mois derrière les barreaux de la vieille prison de Cahors, la prison du Château du Roy.

Nos invités

- Philippe Thuillier, producteur du documentaire "Les confessions de Madame Claude"
- Martine Monteil, à l’époque chef de la Brigade de Répression du Proxénétisme

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/