1. Accueil
  2. Actu
  3. Justice et faits divers
  4. Tuerie de Nanterre : Richard Durn "n'aurait jamais dû porter une arme", dit Me Morain
2 min de lecture

Tuerie de Nanterre : Richard Durn "n'aurait jamais dû porter une arme", dit Me Morain

Le 27 mars 2002, Richard Durn va s'infiltrer au conseil municipal de Nanterre et commettre une tuerie provoquant la mort de huit conseillers. "C'est un parcours de failles, il n'aurait jamais dû porter une arme", explique Maitre Eric Morain, avocat de la mère de Richard Durn.

Les victimes de Richard Durn
Les victimes de Richard Durn
Crédit : AFP
L'INTÉGRALE - Tuerie de Nanterre : 20 ans après
00:42:26
L'ENQUÊTE - Tuerie de Nanterre : 20 ans après
00:15:30
Jean-Alphonse Richard & Marie Bossard & Alexis Kergus

C'était il y a vingt ans, derrière les murs de l'hôtel de Ville de Nanterre, un long soir de conseil municipal identique à ceux qui se déroulent dans toutes les mairies de France. Sauf que ce 27 mars 2002, aux toutes premières heures de la journée, c'est la mort qui est venue frapper dans la salle du Conseil. Pour évoquer cette "tuerie de Nanterre", Jean-Alphonse Richard a reçu plusieurs invités mardi 5 avril, dans l'émission L'heure du Crime.

Parmi eux, Maitre Eric Morain, avocat de la mère de Richard Durn, l'auteur des meurtres. "Quand on retrace son parcours, c'est un parcours de failles, il n'aurait jamais dû porter une arme", a ainsi expliqué l'avocat.

Le mardi 26 mars 2002, à 19h00, la maire de Nanterre, Jacqueline Fraysse, par ailleurs députée des Hauts de Seine sous l'étiquette du parti communiste, déclarait la séance du Conseil municipal ouverte. Elle est alors entourée de 15 adjoints. Face à eux, 39 conseillers municipaux qui tournent le dos au public. 

Un homme aux cheveux noirs et aux sourcils épais

Pendant six heures, la salle bruisse ainsi d'interventions, de questions et de réponses. Les administrés de Nanterre venus assister aux débats s'éclipsent progressivement. Il n'en reste bientôt plus qu'un seul assis en haut des gradins

À lire aussi

Un homme en blouson, aux cheveux noirs et aux sourcils épais. Il a une pochette dans laquelle on va retrouver des feuilles vierges. Il avait prévu de prendre des notes mais finalement il n'a écrit aucun mot. Il est 1h11, mercredi 27 mars, quand la maire fait savoir que la séance est levée. "Non, ce n'est pas terminé" indique l'homme resté dans la salle. Il sort un pistolet mais personne n'y fait vraiment attention. 

 
L'homme descend les marches des gradins et s'avance vers les élus qui soudain réalisent et essaient de se cacher comme ils le peuvent sous les tables et les pupitres. Le tireur avance et vise les premiers venus. Le tueur est armé de deux pistolets automatiques 9 millimètres de marque Glock. En 55 secondes, une trentaine de personnes ont ainsi été touchées, certaines déjà mortes, d'autres perdant leur sang. Alors que le tireur s'interrompt pour recharger, deux élus lui sautent dessus et parviennent à le désarmer

Une arme qu'il ne devait pas porter

Dans la salle du conseil, les premiers policiers découvrent un carnage. Huit conseillers tués, 19 autres blessés dont 14 grièvement. Le forcené s'appelle Richard Durn, il a 33 ans, vit chez sa mère, sans emploi et bénéficiaire du RMI. 

En attendant de savoir pourquoi Durn a commis de tels gestes, les policiers s'interrogent sur les armes. Ils apprennent que celles-ci ont été acquises normalement, Armurerie de la Bourse, à Paris. Durn avait une licence de tir sportif, adhérent au club de la Garenne-Colombes. Il aurait pourtant dû être désarmé depuis un bon bout de temps. En 1998, il avait menacé une psychiatre. Qui plus est, son autorisation préfectorale de détention d'armes était expirée depuis plus de deux ans...

Nos invités

- Gérard Perreau Bezouille, à l’époque de l’affaire il était adjoint au maire chargé des finances, c’est lui qui a intercepté Richard Durn

- Maitre Eric Morain du barreau de Paris, avocat de la mère de Richard Durn, Stéfanina Durn

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/