1 min de lecture Faits divers

Livreur mort à Paris : "On a assassiné mon fils", affirme le père de la victime

RÉACTION - Le livreur de 42 ans est décédé à la suite d'une asphyxie lors de son interpellation à Paris vendredi, selon un rapport d'autopsie publié mardi 7 janvier.

>
Livreur mort à Paris : "On a assassiné mon fils", affirme son père Crédit Image : Capture d'écran Twitter @LDH_Fr | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
Alice Moreno
édité par Thomas Pierre

Le Parquet de Paris a annoncé avoir ouvert une information judiciaire après le décès d'un livreur en scooter suite à un contrôle routier. Une interpellation musclée. Selon les premiers résultats de l'autopsie, l'homme de 42 ans a été victime d'une asphyxie avec fracture du larynx.

Un "assassinat" disait mardi son père, Christian Chouviat, au micro de RTL, avant même la publication de ces premières conclusions. "Aujourd'hui, j'enterre mon fils. J'enterre un père de famille de cinq enfants. C'est pas un voyou, c'est pas un dealer qui a agressé mon fils, c'est la police nationale (...) On a assassiné mon fils". 

"Il y a trois assassins et je veux aller au jugement. (...) Tant que mon cœur battra, j'irai au combat", assure-t-il. "Je veux que ces gens-là ne dorment plus", ajoute le père de la victime. Toujours selon les premiers résultats de l'enquête, Cédric Chouviat avait des antécédents cardiovasculaires. Le syndicat de police Synergie reste quant à lui prudent.

À la vue de ces éléments, le parquet, qui avait diligenté dimanche 5 janvier une enquête en "recherche des causes de la mort", a décidé d'ouvrir une information judiciaire pour "homicide involontaire".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Faits divers Violences Police
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants